Textes

Mes compositions

J’suis Pouêt
Les mots dansent dans ma tête
Ils arrivent en tourbillonnant (bouillonnant)
Comme les feuilles les soirs de vent (vol au vent)
J’suis Pouêt
Et ma vie est une fête (c’est chouette)
Je les butine en rigolant (bidonnant)
Et ça donne des trucs étonnants (détonants)

Aujourd’hui c’est temps d’automne
J’ai pas mis mon sonotone
J’entends pas les p’tits oiseaux
Je chante avec les corbeaux
Je shoote dans les feuilles mortes
Oh là zut c’était une crotte
Je m’en vais voler canaille
Le chapeau d’l’épouvantail
Aujourd’hui temps de brouillard
J’me promène en corbillard
J’ai pas pris de passager
Tu vois ça peut s’arranger
Si t’as l’âme vagabonde
Je t’embarque dans l’autre monde
On va se faire une virée
Au milieu des feux follets

Aujourd’hui beau jour d’été
Il faut quitter l’oreiller
Faut pas perdre une seconde
La journée sera féconde
Je t’invite sur les chemins
Y’a la rosée matin
Qui nous attend pour perler
Sur les toiles d’araignées
Si le temps vire à l’orage
On en prendra pas ombrage
J’ai embarqué mon savon
Pour nous décrasser à fond
Y’a vraiment rien de plus chouette
Comme cabinet de toilette
Qu’un abreuvoir dans un pré
Y faut savoir s’adapter

Aujourd’hui c’est temps d’hiver
Si tu veux on va pépère
Débiter nos florilèges
Avec les bonhommes de neige
On se fera des glissades
En jouant la sérénade
Au milieu d’l’étang gelé
Sûr que ça va t’amuser
Aujourd’hui ça pince très fort
On va s’colorier dehors
Le nez, les joues le menton
Couleur rouge vermillon
Ça nous f’ra une bille de clown
Rayonnants sous la doudoune
Pour faire rire les enfants
Y a rien de plus marrant

Aujourd’hui c’est le printemps
Y’a des fleurs plein les champs
J’vais butiner les parfums
Du muguet et du jasmin
Je piétine une pâquerette
Oh pardon madame violette
Mais il faut pas vous cacher
Sous cette touffe de giroflées
Aujourd’hui temps de naissance
Je t’emmène pour des vacances
On va se r’faire une santé
Comme une paire de jeunes premiers
Laisse-moi guider la dance
Je te promets c’est Byzance
Ce que l’on va savourer
Dans les recoins des vergers

Ecouter la chanson
J'suis Pouet - Eric Zahnd & Eloïse     

Au fil de mes méninges
Oscille un fil à linge
Offert au vent volage
Qui soulève les voilages
De la vie qui voyage
Virevolte d’âge en âge
Au gré du temps

La layette, les chaussettes
Les torchons à vaisselle
Les dessous en dentelles
Les bonnets, les bretelles
Les serviettes, les bavoirs
Et les robes du soir
Les moufles en hiver
Cache-nez, pull over
Les teeshirt au printemps
Chemisiers transparents
Au fil de mes méninges
Oscille un fil à linge

Les pinces de milles couleurs
Qui retiennent les cœurs
Tentés par l’aventure
Au delà de ces murs
Bercés par les murmures
Du vent frais dans l’azur
Des bodies, des culottes
Des mouchoirs, chemisettes
Des robes à froufrou
Des chifonnettes à trous
Au fil de mes méninges
Oscille un fil à linge

Et la vie qui balance
Au gré de notre enfance
Au gré de l’insouciance
De notre adolescence
Puis de nos jours heureux
Tout remplis de désirs
Jusqu’au jour où les Dieux
Voudront nous voir partir
Pour libérer le fil
Qui tangue au gré du temps
Au fil de mes méninges
Oscille un fil à linge

Ecouter la chanson
Le fil à linge - Eric Zahnd     

J’ai jamais su faire mes lacets
Ma maman m’a jamais montré
J’ai jamais su faire mes lacets
Pourtant j’ai bien su t’enlacer

J’ai jamais su faire mes lacets
Ma maman m’a jamais montré
Comment on fait la première fois
Voilà comment t’y prendre mon gars
J’ai tout appris sur le terrain
A faire et à défaire les liens
J’ai quand même su t’faire trois bébés
Faut dire c’était un peu inné

J’ai jamais su bien embrasser
Ma maman m’a jamais montré
Comment on fait avec la langue
Dans les p’tites bouches ou bien les grandes
J’ai tout appris de proche en proche
A rouler pèle mêle les galoches
J’ai quand même su t’faire trois bébés
Faut dire c’était un peu inné

J’ai jamais bien su dégrafer
Ma maman m’a jamais montré
Devant derrière sur le coté
Tous ces ptits trucs à détacher
J’ai tout appris à tire d’aile
A faire danser jupons, dentelles
J’ai même su t’faire trois bébés
Faut dire c’était un peu inné

J’ai jamais bien su caresser
Ma maman m’a jamais montré
Commet s’y prendre avec la peau
De haut en bas ou bas en haut ?
J’ai tout appris au fil des joies
Comment faire jouer mes dix doigts
J’ai même su t’faire trois bébés
Faut dire c’était un peu inné

Ecouter la chanson
J'ai jamais su - Eric Zahnd     

Petit Soldat part au combat, soldat de plomb, soldat de bois,
Petit Soldat pourquoi tu t’bas? Y a pas d’champions dans ce jeu là
Y a pas d’vainqueur dans cette sale guerre,
que la mort et l’horreur au goût amer, au goût amer.

Petit Soldat part au combat, soldat d’coton, soldat de soie,
Petit Soldat pourquoi tu t’bas, y a pas d’amour dans cette vie là,
Y a pas d’enfants dans cette sale guerre,
Que des bourreaux de sang, des tortionnaires, des tortionnaires.

Petit Soldat part au combat, soldat de rire, soldat de joie
Petit Soldat pourquoi tu t’bas, y a pas de rêves là où tu vas,
Y a pas d’amis dans cette sale guerre,
Qu’un canon et fusil et la misère, et la misère.

Petit Soldat part au combat, soldat de fer, soldat de Foi,
Petit Soldat pourquoi tu t’bas, y a que l’enfer pour ce dieu là,
Pas d’paradis dans ta sainte guerre,
Que les larmes et l’oubli dans ta prière, dans ta prière.

Petit Soldat part au combat, Petit Soldat part au combat,
Petit Soldat part au combat, Petit Soldat part au combat.

Ecouter la chanson
     

Bien sûr que vous pouvez
Me mettre tout à nu
Me scanner m’autopsier
Coloscopier mon cul
Bien sûr que vous pouvez
Mais c’est peine perdue
Vous n’aurez pas mes rêves (bis)
Bien sûr que vous pouvez
Radiographier ma tête
Décrypter mes idées
Radioscoper mon être
Bien sûr que vous pouvez
Essayer d’vous la mettre
Vous n’aurez pas mes rêves (bis)

Bien sûr que vous pouvez
Bruler tous mes poèmes
Broyer mes p’tits carnets
Les noyer dans les peines
Bien sûr que vous pouvez
Mais vous vous fourvoyez
Vous n’aurez pas mes rêves (bis)
Bien sûr que vous pouvez
Tenter une intrusion
Dans mes tripes mes viscères
Chercher au plus profond
De mon âme et mon cœur
Mais c’est sans horizon
Vous n’aurez pas mes rêves (bis)
Bien sûr que vous pouvez
Disséquer mes entrailles
Cartographier, ficher
Mes empreintes digitales
Spectographier mes reins
Mais cela ne mène à  rien
Vous n’aurez pas mes rêves (bis)

Ecouter la chanson
Résistance - Eric Zahnd     

Qu’as-tu fait de nos rêves
Quand nous brulions nos nuits
A réparer le monde à la dérive
Il n’y avait pas de trêve
Nous façonnions nos vies d’enfants
En devenir comme l’eau vive

Le nez dans les étoiles, je poursuis le chemin
A la quête du Graal, un rêve qui vacille
Au détour d’un regard au détour d’un destin
J’aperçois parfois la rive

Un soir tu es partie vers d’autres lendemains
Tu as fermé la porte à toutes nos utopies
Nous étions devenus grands, tu m’as serré la main
Je revois ton sourire

Depuis là j’ai grandi, fait ma route et mon pain
Je garde au fond du cœur nos toutes jeunes envies
On s’aimait sans le dire, on avait peur de rien
Ce temps ne devait jamais finir

Toute ma vie j’ai cherché ce rêve sur mon chemin
Long fleuve sombre du temps menant vers d’autres rives
Parfois le premier vent du jour au petit matin
Me ramène ton rire

Ecouter la chanson
Un rêve qui vacille - SINNAKER- Edyt-Dominique-Jean Pierre-Eric     

Un soir je m’enfoncerai dans les abîmes du souvenir pour ne plus revenir.
Départ sans retour, trompette ni tambour.

Un soir je m’égarerai dans le labyrinthe du temps sans retour au présent.
Départ sans retour, trompette ni tambour.

Un soir je retrouverai mes rêves et mes amours d’enfant intactes au fond du temps.
Départ sans retour, trompette ni tambour.

Un soir je m’enivrerai du parfum des premiers baisers sur les lèvres mouillées,
Départ sans retour, trompette ni tambour.

Un  soir je remonterai le fleuve sombre jusqu’à la source aux premières heures si douces,
Départ sans retour, trompette ni tambour.

Ecouter la chanson
     

On avait perdu le gout de rire
On ne savait plus comment sourire
Sauf la petite vieille qui n’avait plus de dents
Ni toute sa tête, plus toute sa raison

Un matin tu verras, tout ça reviendra
Comme la bicyclette qui dort au fond d’ta tête
Comme un pas de danse, comme une évidence

On avait perdu le gout d’la fête
On ne savait plus danser musette
Sauf la petite vieille qui s’en allait tournant
Sa jolie robe à fleurs aux désirs du vent

On avait perdu le gout des gens
On ne savait plus se parler, bienfaisants
Sauf la petite vieille qui grattait l’amitié
Le cœur en éveil, elle savait écouter
On avait perdu le gout d’la vie
On ne savait plus chanter sa folie
Sauf la petite vieille qui remerciait les fleurs
Quand le printemps s’éveille de mille et une couleurs

Ecouter la chanson
La bicyclette - Eric Zahnd & Eloïse     

Faut que j’m’occupe
Dessous tes jupes
Faut pas tomber dans l’oisiveté
Qu’est mère du vice et du pécher
Faut que j’m’engage
Dans ton corsage
Dans la vie il faut des projets
Il faut d’la générosité
Faut que j’explore
Tous tes trésors
Il faut savoir s’émerveiller
Des dons de Dieu sans se blaser
Quand je m’attarde avec mes potes
A l’apéro ou la belotte
J’ai la rêverie qui vagabonde
Furtive autour d’tes formes rondes
La soie, les froufrous, la dentelle
Ça m’émoustille ça m’émerveille
Je prends congé du voisinage
Il faut qu’j’retourne à mon ouvrage

Je m’en vais d’un pas décidé
A la fontaine pour lessiver
Tes p’tites culottes et tes corsets
Tes collants et tes p’tits bonnets
Je m’en vais faire le repassage
Des petits plis de ton corsage
J’ai découvert en prenant d’l’âge
Cette subite passion du ménage

J’viendrai si tu m’en donnes le GO
Dans la baignoire te frotter l’dos
Du haut en bas, du bas en haut
Avant d’filer à mes fourneaux
Et le soir dans not’ lit douillet
Je f’rai bouillotte pour t’réchauffer
Tout c’qui dépasse, tes petits pieds
Et tout c’qu’tu voudras bien m’confier

Ecouter la chanson
Faut que j'm'occupe - Eric Zahnd     

Dans mon cagibi
J’écris, j’écris
Dans mon cabanon,
J’écris des chansons
Que personne n’entend
Mais qu’importe dans l’fond
Elles font passer le temps
Qui court après la vie
Elles font passer le temps
Comme un raccourci

Quand vous rangerez
Tout mon fourbi
Comme Grand Père Marcel
Et sa quincaillerie
Mes bouts de ficelles
Tricotins de la vie
Faites un feu de joie
De toutes ces lubies
Peu importe ma foi
C’était fantaisie

Quand vous rangerez
Tout mon fourbi
Tous mes petits carnets
Mes cahiers fleuris
Quand s’ra passée l’heure
De la comédie
Songez bien alors
Que toutes ces folies
C’était toute ma vie
Comme un raccourci

Quand vous rangerez
Tout mon fourbi
Quand passé le pont
Tout au bout d’la vie
Faites en mes amis
Des confettis
Peu importe dans l’fond
Faisaient passer la vie
Elle f’saient passer le temps
Comme un raccourci

Quand vous rangerez
Tout mon fourbi
Mon vieux cabanon
Mon p’tit cagibi
Dites vous les enfants
Dites vous les amis
Que j’prends du bon temps
Enfer ou paradis
A bercer les démons
Avec mes poésies

Ecouter la chanson
Dans mon cagibi - Eric Zahnd     

J’ai vu la terre quand tout s’éveille
Les cerisiers, le muguet
Les aubes fraiches, premiers soleils
Premiers émois après l’hiver
Et tous les jours à mon réveil
Tu m’offres ton plus joli sourire
L’abandon de ton profond soupir

J’ai vu la terre sous le soleil
Le sillon dans la lumière
Les blés qui dansent dans le vent
Goûté le miel à la moisson
Et tous les jours à mon réveil
Tu m’offres ton plus joli sourire
L’abandon de ton profond soupir

J’ai vu la terre quand jaillit l’or
Des sous bois, les vignes de sang
A la saison où tout s’endort
Dans l’attente des mauvais temps
Et tous les jours à mon réveil
Tu m’offres ton plus joli sourire
L’abandon de ton profond soupir

J’ai vu la terre sous son linceul
Les Goutes d’eau, perles diamants
Senti la morsure du vent
Quand tout est mort tout est blanc
Et tous les jours à mon réveil
Tu m’offres ton plus joli sourire
L’abandon de ton profond soupir

Ecouter la chanson
Ton sourire - Eric Zahnd & Eloïse     

1 – Je suis amoureux
D’une petite étoile
Je m’suis pris au jeu
En admirant le ciel
Un soir de solitude (bis)

Elle était là perdue
Petit grain de beauté
Dans une nuit sans lune
Au fond d’la voie lactée
Un soir de solitude (bis)

Une petite étoile
Blottie au fond d’mes yeux
Elle  réchauffe mon âme
Et brille de mille feux

2 – Je suis amoureux
D’une petite étoile
Elle m’a sauté aux yeux
Bille couleur de miel
Une nuit noire sans rêve (bis)

Elle était là perdue
Grain de sable sur la grève
Frêle luciole ingénue
Au fond de l’univers
Une nuit noire sans rêve (bis)

Une petite étoile
Blottie au fond d’mes yeux
Elle  réchauffe mon âme
Et brille de mille feux

3 – Je suis amoureux
D’une petite étoile
Perdue au fond des temps
Morte il y’a cent mille ans
Petit point de lumière
Au bord de l’univers

Blottie au fond d’mon cœur
Petit point de couleur
Venue chasser mes peurs
Petit point de lumière
Au bord de l’univers (bis)

Une petite étoile
Blottie au fond d’mes yeux
Elle  réchauffe mon âme
Et brille de mille feux

Ecouter la chanson
La petite étoile - Eric Zahnd & Eloïse     

Je savais pas quoi faire
De cette putain de vie sur terre
Je marche sur les chemins
Main dans la main
Avec le temps, avec le vent

1- Je marche sur la route
Le long du temps, le long des doutes
Je cherche vers le ciel
Y’a le vent qui m’appelle
Oui y’a le vent

2- Je marche vers la rivière
Le temps qui coule roule les pierres
Je cherche vers l’azur
Y’a le vent qui murmure
Oui y’a le vent

3-Je marche au bord du monde
Le temps sonne le glas sur les tombes
Je cherche une promesse
Y’a le vent qui caresse
Oui y’a le vent

4- Je marche vers la lumière
Le temps disperse mes prières
Je cherche dans la nuit
Y’a le vent qui frémit
Oui y’a le vent

Ecouter la chanson
Avec le temps avec le vent - Eric Zahnd & Eloïse     

1 – Comédie la vie, comme le vin italien
Comédie la vie, comme la miche de pain
Comédie la vie, comme la bague à ta main
Comédie, comédie

Comédie la vie, comme un petit bonheur
Comédie la vie quand elle ouvre les cœurs
Comédie la vie comme le temps d’une fleur
Comédie, comédie, comédie, comédie

Comédie la vie, comme un mot d’enfant
Le rire d’une maman, les mots de ma chanson
Comédie, comédie, comédie, comédie
Va la vie, comédie, comédie

2– Comédie la vie, qui rit et qui pleure
Comédie la vie qui bâtit et puis meurt
Comédie la vie, le sourire d’une fille
Comédie, comédie

Comédie la vie dans les bras qui se tendent
Comédie la vie dans une étreinte tendre
Comédie la vie dans les lueurs d’étoile
Comédie, comédie, comédie, comédie

3 – Comédie la vie, comme une robe qui danse
Comédie la vie quand elle tente sa chance
Comédie la vie qui s’achève en silence
Comédie, comédie

Comédie la vie, comme le chant d’une guitare
Comédie la vie un bateau sans amarres
Comédie la vie qui s’en vient et repart
Comédie, comédie, comédie, comédie

Ecouter la chanson
Comédie la vie - Eric Zahnd & Eloïse     

1-Le premier baiser, c’est de l’alchimie
Un duo d’atomes qui s’émoustille les chromosomes
Mais au bout du temps, faudra bien plus d’talent
Que deux éprouvettes, pour conter fleurette
Mais au bout du temps, faudra bien plus d’talent
Que deux molécules sur une belle formule

2-Pour l’premier amour, faut pas de longs discours
Juste un beau sourire qui vous invite au doux désir
Mais au bout du temps, faudra bien plus d’talent
Pour que la tendresse sorte de sa paresse
Mais au bout du temps, faudra bien plus d’talent
Qu’un simple rictus pour flatter Janus

3-Pour la première fois, pas besoin d’être adroit
D’une simple caresse jaillit la promesse
Mais au bout du temps, faudra bien plus d’talent
Pour que tes éffleurs fassent éclore les fleurs
Mais au bout du temps, faudra bien plus d’talent
Qu’un simple baiser, pour jardin jardiner

Ecouter la chanson
Le premier baiser - Eric Zahnd & Eloïse     

Dis-moi petite fille avec ton ballon rouge
Y’a le monde qui t’envie, y’a le monde qui bouge
Roule cerceau, roule la terre
Vole ta vie, libre comme l’air

Dis-moi petite fille, petite robe à fleurs
Y’a le monde qui t’envie, au milieu de ses peurs
Roule cerceau, roule la terre
Vole ta vie, libre comme l’air

Dis-moi petite fille, joli cahier fleuri
Y’a le monde qui t’envie, baigné dans sa folie
Roule cerceau, roule la terre
Vole ta vie, libre comme l’air

Dis-moi petite fille, pour tes éclats de rire
Y’a le monde qui t’envie, lui qui sait plus sourire
Roule cerceau, roule la terre
Vole ta vie, libre comme l’air

Dis-moi petite fille, larmes perles dans tes yeux
Y’a le monde qui t’envie, perdu dans ses enjeux
Roule cerceau, roule la terre
Vole ta vie, libre comme l’air

Dis-moi petite fille tes comptines nous charment
Y’a le monde qui t’envie, lui connait que les armes
Roule cerceau, roule la terre
Vole ta vie, libre comme l’air

Dis-moi petite fille, dessins aux milles couleurs
Y’a le monde qui t’envie, cloîtré dans sa torpeur
Roule cerceau, roule la terre
Vole ta vie, libre comme l’air

Dis-moi petite fille, bel appétit de vie
Y’a le monde qui t’envie, assouvi  asservi
Roule cerceau, roule la terre
Vole ta vie, libre comme l’air

Ecouter la chanson
Dis moi petite fille - Eric Zahnd & Eloïse     

1-J’ai peur des jolies filles
Des filles trop belles
Peur qu’elles me déshabillent
Peur qu’elles m’interpellent
Du bout de leurs grands yeux
Du menton ou des lèvres
Peur d’passer pour un gueux
A conter balivernes

J’préfère ma muse
Qui m’fait rire qui m’amuse
Elle nourrit mes rêves
Sur l’oreiller dans mes poèmes
J’préfère ma muse
Qui m’amuse, qui abuse
Mon imagination
Sous les draps et dans mes chanson

2-J’ai peur des jolies filles
Des filles de braises
Du haut de leurs talons
Elles me mettent mal à l’aise
Faut dire j’suis pas canon
Faut dire j’suis pas balaise
Pour jouer au fanfarons
A conter des fadaises

3-J’ai peur des jolies filles
Des filles de joie
Peur de leur savoir-faire
De m’monter maladroit
C’est un métier d’expert
Et faut dire, je suis pas
Orfèvre en la matière
J’m’endors même quelques fois

Ecouter la chanson
J'ai peur des jolies filles - Eric Zahnd & Eloïse     

Dis-moi, Dame Nature
Toi qui sais d’où vient le vent
Les oiseaux dans l’azur
L’eau du ruisseau et le printemps
Les petits hommes ivres de sang
Et leurs dieux fous, l’or et l’argent
Toi qui sais bien où tout ça part
Dis-moi
Éclaire nos pas dans la nuit noire

Dis-moi, Dame la Vie
Toi qui sais d’où vient le temps
Nos bonheurs nos envies
Nos désespoirs, nos tourments
Nos quêtes vaines et nos folies
Le génocide de tes enfants
Toi qui sais bien où tout ça part
Dis-moi
Éclaire nos pas dans la nuit noire

Dis-moi, Dame La Terre
Fille du soleil, des étoiles
Que jaillisse ta colère
Le sang noir de tes entrailles
Ramène la paix et le silence
Que cesse le temps de l’insolence
Toi qui sais bien où tout ça part
Dis-moi
Éclaire nos pas dans la nuit noire

Dis-moi, Dame Seigneur
Toi qui sais d’où vient le chant
Blotti là dans mon cœur
Chant de promesse des vivants
Si loin des hymnes de la guerre
Chant du soleil, de la lumière
Toi qui sais bien où tout ça part
Dis-moi
Eclaire nos pas dans la nuit noire

Ecouter la chanson
Dis moi Dame - Eric Zahnd & Eloïse     

1-Mais quel était ton nom
Petit homme échoué
Sur nos rives interdites
En ce beau jour d’été

Nos cœurs se sont fermés
Ainsi que nos frontières
Je reste la sonné
La honte en bandoulière

2-Mais où est l’émotion
Que ton corps renversé
Avait soudain fait naître
Nos cœurs se sont fanés

Nos cœurs se sont fermés
Ainsi que nos frontières
Je reste la sonné
La honte en bandoulière

3-Et puisque ton destin
Ici bas sur la terre
N’avait pas d’avenir
Il reste la prière

J’espère que le jardin
Où tu dors à jamais
Est recouvert de fleurs
Et te baigne de paix

4-Il reste le chagrin
Il reste la prière
Ça ira mieux demain
Rendors-toi petit frère

Nos cœurs se sont fermés
Ainsi que nos frontières
Je reste la sonné
La honte en bandoulière

5-Mais quel était ton nom
Petit homme échoué
Sur nos rives interdites
En ce beau jour d’été

Ecouter la chanson
Quel était ton nom - Eric Zahnd & Eloïse     

1 – Mais où s’en vont tes pleurs, dis ?
Vers quelles âmes ? Dis, quels cœurs ?
Au bout des drames, au bout des peurs
Mais où s’en vont tes pleurs, dis ?
Les torrents de l’enfer
Peuvent inonder la terre
Les cerfs volants s’envolent
Agiles dans les airs

Et même si le temps
Dévore tes désirs
Et même si le vent
Balaye tes soupirs
Les cerfs volants s’envolent
Et dansent dans le vent
Les balançoires s’élancent
Dans les rires des enfants

2 – Mais où s’en vont tes rires, dis ?
Quel horizon ? Dis, quelle rive ?
Au bout du temps, au bout d’la vie
Mais où s’en vont tes rires, dis ?
Les forges de l’enfer
Peuvent assourdir la terre
Les cerfs volants s’en vont
Et dansent dans le vent

3 – Mais où s’en vont tes rêves, dis ?
Vers quel rivage ? Dis, quelle grève ?
Au bout des âges, au bout des neiges
Mais où s’en vont tes rêves, dis ?
Les fumées de l’enfer
Peuvent aveugler  la terre
Les cerfs volants s’envolent
Libres dans la lumière

Ecouter la chanson
Les cerf volants - Eric Zahnd & Eloïse     

J’ai chipé la clé des champs
Comme un vilain garnement
Et ma clé, elle a ouvert
Mes rêveries buissonnières
J’ai chipé la clé des champs
En cavale avec le vent
Les ruisseaux et les blés blonds
Fredonnaient cette chanson

1-En deux temps trois mouv’ments
J’ai chipé la clé des champs
Qui ouvre tout grand la vie
Loin des villes loin du bruit
Tu m’en voudras pas Saint Pierre
J’passe par la porte de derrière
Car cette clé mon Bon Ami
Ouvre aussi le paradis

2- Même pas cap, même pas peur
J’ai chipé la clé des cœurs
Qui ouvre grand le bonheur
Sur un immense champs de fleurs.
Tu m’en voudras pas Marie,
J’ai choisi la plus jolie,
Car cette clé ma Bonne Amie
Ouvre aussi le paradis

3-Victime d’une idée folle
J’ai chipé la clé de sol
Celle qui ouvre grand les ailes
Et porte vers l’arc en ciel
Tu m’en voudras pas David
Mes chansons valent pas tes rimes
Mais cette clé la aussi
Elle ouvre le paradis

4-Sans la moindre ombre d’un doute
J’ai chipé la clé de voute
Celle qui ouvre l’horizon
Plus loin jusqu’au bout du temps
Tu m’en voudras pas mon Dieu
C’était plaisir pour les yeux
Et cette clé la Seigneur
M’a aussi ouvert le cœur

Ecouter la chanson
La clé des champs - Eric Zahnd & Eloïse     

Il est temps ce soir
De se dire au revoir
Confie tes rêves au vent
Embrasse tes enfants
Il est temps de hisser haut les voiles
Ce soir soufflent les poussières d’étoiles

1-Peu importe le nom sur la pierre
Le drap du linceul, le bois de la bière
Ce qui restera
Tient dans le cœur d’un enfant
Confie ta vie au vent

2-Peu importent tes grades, tes maisons
Tes comptes tes avoirs, ton or, tes millions
Ce qui restera
Tient dans le cœur d’un enfant
Confie ta vie au vent

3-Qu’importent tes titres de noblesse
Fils de roi, de rien ou de princesse
Ce qui restera
Tient dans le cœur d’un enfant
Confie ta vie au vent

4-Peu importent les chants, les prières
L’odeur de l’encens, le lieu sous la terre
Ce qui restera
Tient dans le cœur d’un enfant
Confie ta vie au vent

Il est temps ce soir
De se dire au revoir
Confie tes rêves au vent
Embrasse tes enfants
Il est temps de hisser haut les voiles
Ce soir soufflent les poussières d’étoiles

Il est temps ce soir
De se dire au revoir
Confie mes rêves au vent
Embrasse les enfants
Il est temps de hisser haut les voiles
Ce soir soufflent les poussières d’étoiles

Ecouter la chanson
Confie ta vie au vent - Eric Zahnd & Eloïse     

1-Moi aussi j’étais roseau
Avant de d’venir ce vieux chêne
Balançais sous l’poids du moineau
Riant aux vents qui se déchaînent
Quand j’ferme les yeux tu vois bonhomme
Je m’revois en voleur de pommes
Agile, je sautais la clôture
Les poches remplies de fruits pas mûrs

2-Moi aussi j’étais ruisseau
Juste avant que mon corps ne gèle
Filais de vallées en coteaux
Brillant aux caresses du soleil
Quand j’ferme les yeux tu vois petit
Je revois le fil de ma vie
J’ai rien perdu d’mes rêves d’enfant
Fidèles comme le vif argent

3-Moi aussi j’étais rameau
Juste avant que vienne l’hiver
Je frissonnais au vent nouveau
Cueillant les promesses de la terre
Tu vois P’tit homme quand j’ferme les yeux
Au fond du miroir de mon âme
Je vois toujours ce gosse joyeux
Le temps n’y fait rien, ni mon âge

Moi aussi j’étais roseau

Ecouter la chanson
Moi aussi - Eric Zahnd & Eloïse     

Pleurer ça fait du bien, ne retiens pas tes larmes,
Des perles de chagrins, ça fait du bien à l’âme.
Pleurer ça fait du bien, rien n’est aussi précieux,
Qu’une larme de vie au coin de tes grands yeux.

Pleurer ça fait du bien, dans les bras d’un ami,
Dans les yeux de l’amant, dans le vent de la vie,
Qui apaise les tourments.

Pleurer ça fait du bien, ne retiens pas tes larmes,
Des perles de chagrins, ça fait du bien à l’âme.
Pleurer ça fait du bien, rien n’est aussi précieux,
Qu’une larme de vie au coin de tes grands yeux.

Pleurer ça fait du bien à ceux qui te consolent,
Tes pleurs ne sont pas vains, ils vont au coeur des hommes,
Et donnent sens à leur vie.

Pleurer ça fait du bien, ne retiens pas tes larmes,
Des perles de chagrins, ça fait du bien à l’âme.
Pleurer ça fait du bien, rien n’est aussi précieux,
Qu’une larme de vie au coin de tes grands yeux.

Pleurer ça fait du bien, ça donne goût à la vie,
Ca donne gout à l’amour, ça éclaire la nuit
En attendant le jour.

Pleurer ça fait du bien, ne retiens pas tes larmes,
Des perles de chagrins, ça fait du bien à l’âme.
Pleurer ça fait du bien, rien n’est aussi précieux,
Qu’une larme de vie au coin de tes grands yeux.

Ecouter la chanson
     

On s’était arrêté à l’orée, à l’orée, à l’orée du bois.
C’était un jour de vacances on a troqué notre enfance,
Contre un joli feu de joie.

En traversant la clairière t’as défait ta boutonnière,
Mes yeux ne te quittaient pas.
Mais en voyant ta peau blanche j’ai bien su que ce dimanche,
Je ne l’oublierai pas.

On s’était arrêté à l’orée, à l’orée, à l’orée du bois.
C’était bien mon jour de chance même les oiseaux sur leur branche,
Chantonnaient l’hymne de la joie.

Étendus sur l’herbe verte ta peau sentait la violette,
Quand je t’ai pris dans mes bras.
Quand j’ai embrassé tes lèvres on était comme dans un rêve,
Et tu m’as dit : « serre-moi ».

On s’était arrêté à l’orée, à l’orée, à l’orée du bois.
En retraversant la clairière j’ai bien regardé en arrière et j’ai su que ce serait toi.
Toi qui habiterait mes rêves, mes chansons et mes poèmes,
Tout au long de mes émois. 

Pas de bagues, pas de serments, juste la promesse du vent,
Pour accompagner nos pas.

Ecouter la chanson
     

Ça fait bien trop longtemps qu’on a pas pris l’temps toi et moi comme deux enfants,
Ça fait bien trop longtemps, allez juste un instant, y’a le rêve qui nous attend.

Viens j’t’emmène en voyage on va prendre ma fusée, accroche-toi ça va décoiffer,
On traverse les nuages, on slalome dans les étoiles, virage à droite, là c’est Pégase.

Ça fait bien trop longtemps qu’on a pas pris l’temps de r’faire le chemin qui mène à nos serments,
Ça fait bien trop longtemps, allez juste un instant, y’a nos émois qui nous attendent.

Viens j’t’emmène à la plage, la première fois qu’tu m’as dit oui, t’en menais pas large et moi aussi, visage contre visage,
Rappelle-toi le goût du baiser, glace à la fraise, café sucré.

Ça fait bien trop longtemps qu’on a pas pris l’temps de r’visiter le fil de nos ans,
Ça fait bien trop longtemps, allez juste un instant, y’a la tendresse qui nous attend.

Viens  j’t’emmène en promenade, on rembobine tous nos projets on va s’repasser nos années,
P’tits bonheurs et grands drames, la preuve par deux vies partagées ouvre moi ton cœur prête moi la clé.

Ça fait bien trop longtemps qu’on a pas pris l’temps de s’dire « je t’aime » toujours autant qu’avant
Ça fait bien trop longtemps, allez juste un instant, y a le bonheur qui nous attend.

Ecouter la chanson
     

1-L’était parti se pendre à la plus haute branche du chêne,
Une grosse corde de chanvre nouée autour de toutes ses peines,
Y avait un gros trou dans son cœur, y avait un gros trou dans sa vie,
Panne d’amis, panne d’ardeurs, personne jamais lui dit merci,
Chianlie.

Juste au-dessus de sa tête un vieux corbeaux dégarni lui dit :
« Pourquoi tu t’entêtes ? Regarde donc du côté de la vie.
Tu vois moi j’ai perdu une aile et je m’les gèle en c’jour d’hiver
Tu sais demain on s’ra Noël, prends-moi donc sous ton pull-over grand frère. »

Et toi l’accident d’voyageur y ‘avait personne pour te retenir,
Rien pour accrocher tes peurs, pas un regard, pas un sourire,
Pas une main, pas un cœur, rien  qui te fasse rester sur le quai,
A l’instant d’sauter dans l’horreur ne disparaître  à jamais.

2-L’était parti se fondre dans l’étang sombre du petit bois,
Une grosse masse de fonte pesait si lourd sur ses émois,
Y’avait un gros trou dans son âme y’avait un gros trou dans sa vie,
Panne de rêves, panne de charme, personne pour lui dire merci,
Chianlie.

Une carpe à ses pieds décolorée par les ans  lui dit soudain:
« Change donc d’idée, regarde donc du côté du vent,
Tu vois là y a l’étang qui gèle, demain j’s’rai prisonnier d’l’hiver,
Demain tu sais on s’ra Noël, ramène-moi donc vers la rivière grand frère. »

Et toi l’accident d’voyageur y’avait personne pour te retenir,
Rien pour accrocher tes peurs, pas un regard, pas un sourire,
Pas une main , pas un cœur, rien qui te fasse rester sur le quai,
A l’instant d’ sauter dans l’horreur ne disparaître à  jamais l’ami. »

Ecouter la chanson
     

Et pourquoi dis ? Et pourquoi ça ?
C’est toujours les p’tit fruits
Qui restent au fond du plat ?
Et pourquoi dis ? Et pourquoi donc ?
On aime mieux les jolies filles
Que les vilains garçons ?

1-La vie tu vois petit
C’est fait de p’tites manies
Et de bonnes intentions
Qu’on foule comme paillasson

2-On a tous nos lubies
Et nos contradictions
Y’a pas d’quoi en faire un plat
De toutes ces p’tites choses là

Ecouter la chanson
Et pourquoi dis - Eric Zahnd & Eloïse     

1-Il y a des mots qui rient
Des mots vêtus de milles couleurs
Des mots qui aident, qui apaisent
Et soulagent nos peurs.

Il y a des mots qui roulent
Des mots pour inventer le monde
Des mots qui sauvent, des mots qui rêvent
L’avenir qu’ils fécondent

2-Il y a des mots qui ruent
Des mots de rage, des mots colère
Des mots qui mordent l’injustice
Et soignent  nos misères

Il y a des mots qui tuent
Plus surement que le canon
Des mots qui pleurent dans le silence
Des mots que nul n’entend

3-Il y a des mots qui prient
Des mots d’enfants, des mots d’amour
Des mots qui dansent au firmament
Et éclairent le jour

Redis les mots, les beaux ,
Les baumes des maux de la vie
La vie s’habille en mots,
Les mots ça rit la vie

Redis les mots, les beaux ,
Les baumes des maux de la vie
La vie ça brille en mots,
Les mots ça rit la vie

Ecouter la chanson
Il y a des mots - Eric Zahnd & Eloïse     
Assoupi je rêvais, le nez dans les nuages
Sous la toison dorée du saule patriarche
Dans le bois d’à coté ; une voix dans le feuillage
Soudain m’a effleuré, venant du fond des âges

1-Rejoins-moi dans ma sève, visite mes entrailles
Au tréfonds de la terre, je garde vaille que vaille
La trace des amours qui flânent sous mon toit
Peut être qu’au détour, tu t’y reconnaîtras

Rappelle-moi tes rêves, revisite ton âme
Accorde-moi cette trêve et ravive tes flammes
Le chemin des Amours pavé de souvenirs
Est le seul qui vaille à l’instant de mourir

2-Je nous revis enfants, elle et moi rassemblés
Jouant à se cacher sous le feuillage doré
Elle en me découvrant, de bonheur inondée
Me décoche en riant un baiser sur le nez

3-Je nous vis jeunes gens, ne sachant avouer
Notre amour et pourtant, se tenant du regard
En suspendant le temps, espérant en secret
Qu’avant il ne soit tard, une main va oser

4-Je nous vis jeunes amants, nos émois débordés
Et les corps bouillonnants, cherchant à tout donner
Les lèvres qui effleurent et les mains qui recherchent
Les derniers coins du cœur pour une ultime caresse

5-Et parents je nous vis, cherchant à conjuguer
Aux différents pluriels, les moments de la vie
Tentant de notre mieux d’éveiller des bouts d’chou
Pour faire sous les cieux des êtres bien debout

6-Je te retrouve là, sur le banc assoupie
Tu es seule cette fois, je suis déjà parti
Nos vies se sont croisées, nos vies se sont aimées
La seule valeur qui vaille, à l'heure d’être contée

Rappelle-moi tes rêves, revisite ton âme
Accorde-moi cette trêve et ravive tes flammes
Le chemin des Amours, pavé de souvenirs
Est le seul qui vaille à l’instant de mourir
Ecouter la chanson
L'arbre aux amours - Eric Zahnd & Eloïse     

Elle s’est invitée insidieuse dans nos vies
On s’y est habitué, infâme compagnie
Une main qui mendie, un enfant dans la rue
La dignité perdue qu’on ne regarde même plus
Y’avait bien trop à faire avec le quotidien
Et on l’a laissée faire en regardant au loin
Et elle s’est invitée, sournoise dans nos villes
Et elle s’est imposée scandaleuse dans nos vies

Elle s’est invitée dans les pages des nouvelles
On s’y est habitué, sordide ritournelle,
Un bateau, un naufrage et les corps engloutis
Aux portes du rivage de l’Eden interdit
Y’avait bien trop à faire avec le quotidien
Et on l’a laissée faire en regardant au loin
Et elle s’est immiscée, cynique sur nos rives
Et elle s’est invitée, inique dans nos vies

Elle s’est invitée dans nos tours de Babel
Elle a contaminé, arrogante et cruelle
Les alchimistes fous, esclaves de la finance
Sans règles, sans tabous, aveugles à la souffrance
Y’avait bien trop à faire avec le quotidien
Et on l’a laissée faire en regardant au loin
Et elle s’est infiltrée, sournoise dans la sève
Et elle s’est invitée, odieuse dans nos rêves

Elle s’est invitée dans notre quotidien,
Y’avait bien trop à faire avec les trois fois rien
Une vieille dame oubliée qui s’en va sans chagrin
L’homme perdu, suicidé qui meurt sans une main
Y’avait bien trop à faire avec le quotidien
Et on l’a laissée faire sans se douter de rien
Et elle s’est immiscée, indécente dans nos drames
Et elle s’est invitée, perverse dans nos âmes
… La honte !

Ecouter la chanson
La honte - Eric Zahnd & Eloïse     

1-Un soir viendra où tous les vents
A claire lune se lèveront
Pour une ultime farandole
Tourbillonnent les cabrioles.
Y’aura là les vents de l’hiver
Les tempêtes rouges du désert
Les vents de l’Est vents de la terre
Les vents de l’Ouest vents de la mer.

Tourbillonnez vents de la vie
Tourneboulez enfants d’Eole
Quand cesseront vos farandoles
La terre sera devenue folle.
Tourbillonnez enfants d’Eole
Dansez autour des hautes cimes,
Quand cesseront vos cabrioles
La terre sera devenue ruine.

2-Y’aura l’blizzard des vallées blanches
Manteau de neige dessous ses manches
Le sable rouge de l’Harmattan
Volé aux dunes couleur de sang
Les brises chaudes de l’été
Caresses dans les champs de blé
Le mistral ivre des bords de mer
Qui dessèche la Cannebière.

3-Y’aura la bise venue du nord
Le vent qui coupe, le vent qui mord
La fraîcheur douce des alizées
Qui embaume les soirs d’été
Y’aura le Föhn, le Sirroco
Les cyclones et les ouragans
Tous les vents seront convoqués,
Pour cette danse un soir d’été.

Ecouter la chanson
Le soir du vent - Eric Zahnd & Eloïse     

Je m’suis levé l’autre matin,
J’ai d’abord pas fait attention.
C’est en sortant dans le jardin
Gros coup d’tonnerre grosse émotion !
Il était passé dans la nuit,
Les feuilles, le ciel et toutes les fleurs
L’avait raflé, tout était gris,
Le bandit voleur de couleurs.

J’ai couru au travers d’la ville,
Tout était terne et sans saveur
Oiseaux, lanternes, lèvres des filles,
Tout était gris plus de couleurs.
L’avait passé sa capeline
Sur nos vies et nos p’tits bonheurs
Chipé nos rêves, nos bonnes mines
Volé la lumière dans nos cœurs

Dans le p’tit parc aux balançoires,
Plus un enfant, que des yeux tristes.
Je suis allé voir la police,
Les agents étaient tout en noir.
L’avait tissé son grand brouillard
Sur nos amours et nos humeurs,
Plongé nos vies dans son cauchemar
Le bandit voleur de couleurs.

Je m’suis éveillé en sursaut,
Au passage d’un gros camion,
Rouge écarlate, couleur pimpon,
J’lai jamais trouvé aussi beau.
Depuis ce jour moi je butine
Les robes même mal assorties
Vert rouges bleus jaunes, merci les filles
Ils sont la lumière de ma vie.

Ecouter la chanson
Le voleur de couleurs - Eric Zahnd & Eloïse     

1-Les gens mon bon Monsieur,
Rendez vous compte un peu,
Les gens dans mon métro,
Ont vraiment du culot,
Les gens c’est impoli,
Voyez mon bon ami,
Téléphone à l’oreille
Ça caquette, ça zézeille

Lundi, dans mon métro
C’est le bal de la vie
Qu’tu sois valse ou paso
Au tango tu vacilles

2-Les gens Seigneur mon Dieu,
Quelle horreur sont affreux,
Les gens ça sent mauvais,
A toute heure d’la journée,
Les gens proutprout ma chère,
Quelle honte en colère,
Crachent leur désespoir,
Entassés dans l’couloir

Mardi, dans mon métro
C’est le bal de la vie
Qu’tu sois valse ou paso
Au tango tu vacilles

3-Les gens ma bonne dame,
Pour tout dire, c’est mon drame,
Tassés d’vant la portière,
Ont des têtes de gangsters,
Les gens c’est incongru,
Ça dévore sans r’tenue,
Le dernier pré carré,
De votre intimité

Jeudi, dans mon métro
C’est le bal de la vie
Qu’tu sois valse ou paso
Au tango tu vacilles

Ecouter la chanson
Les gens - Eric Zahnd & Eloïse     

Robe blanche légère,
Ruban vole au chapeau,
Vous traversiez naguère,
Le champ de coquelicot,
Vous étiez belle Dame,
Muse sous le pinceau,
De Monet de Cézanne
Lautrec ou Pissarro

Votre tablier bleu
Et ce fichu de toile
Noué dans vos cheveux
Illuminent la toile,
Vous jeune paysanne
Etiez sous le pinceau
La muse de Cézanne
Monet ou Pissarro

Assis à la guinguette,
Je regarde les belles,
Valser sous la tonnelle,
Du « Moulin d’la Galette »
Vous étiez Demoiselles,
Muses sous le pinceau
De Renoir, de Sisley,
Lautrec ou Pissarro

Vous leviez incongrue,
Vos gambettes au « Moulin »
Régalant, La Goulue
La vue des parisiens
Vous partagiez vos charmes
Muse sous le pinceau
De Lautrec de Cézanne
Courbet ou Pissarro

Ecouter la chanson
Les muses d'Orsay - Eric Zahnd & Eloïse     

1-Les oliviers sont en pleurs.
Une mauvaise bactérie
A mis leur tête à prix
Et par le vaste monde
Leurs rameaux désuets
Ne trouvent plus de colombes
Pour ramener la paix.
Et par le vaste monde
Les cigales se sont tues
Au son sourd des canons
Aux cris des minarets.

Les oliviers sont en pleurs

2-Les oliviers ont peur.
Dans ce bassin de mer
Ou la vie enfanta
Une horde de barbares
Sans autre foi ni loi
Que celle d’un dieu fou
Ont levé leur bannière.
Dans ce bassin de mer
La vie soudain s’est tue
Au nom du dieu barbare
Au nom de sa terreur

Les oliviers sont en pleurs

3-Les oliviers sont en pleurs.
Eux qui dix fois centenaires
Virent passer tant de guerres
Et refleurir la terre
Voient sombrer la lumière
Et dépérir leur frères
Au son sourd des tambours.
Dans leurs vieilles branches séchées
Le vent soudain s’est tu
Ils ne reverront plus
Le soleil se lever.

Les oliviers sont en pleurs

Ecouter la chanson
Les oliviers sont en pleurs - Eric Zahnd & Eloïse     

Offre-moi une danse dans ta vie
Offre-moi cette chance dans ma nuit
Offre-moi une danse dans ta vie
Mes jours s’en vont et tanguent sans répit
Offre-moi une danse dans ta vie
Offre moi une danse un sursit

1-J’ai erré sur les chemins
A la poursuite d’un rêve
Suis monté dans tous les trains
Jamais une trêve

Tout au bout de l’autre rive
Suis passé devant ta porte
Là j’ai entendu ton rire
Que le vent emporte

2-Tu étais à la fenêtre
J’ai quêté l’eau de ta source
T’as écouté ma prière
Souri au vieil ours

Je suis entré dans ta vie
Par la petite porte en fer
Ton jardin était fleuri
Baigné de lumière

3-J’ai visité ton verger
La saveur te tes fruits murs
La senteur des églantiers
Au loin un murmure

Une douce mélodie
Portée par la brise légère
Soudain nous a envahi
Inondant le rêve

4-Tu m’as saisi par la main
Enchaîné trois pas de danse
Mes yeux figés dans les tiens
Le temps en suspens

Ecouter la chanson
Offre moi une danse - SPINNAKER - Edyt-Dominique-Jean Pierre-Eric     

Coule le temps, souffle le vent
Roulent les pierres soufflent poussières
D’étoiles

1 Passent les ans, passe la vie
Passent les gens que tu chéris
Passent les rêves que tu oublies
Passent

2 Passent les neiges et les saisons
Passent les noces et les moissons
Passent les rires, les illusions
Passent

3 Passent les feuilles, passent les graines
Passent les deuils, passent les peines
Passent les pluies, passent les haines
Passent

4 Passent les jours, passent les chemins
Passent les amours, passent les chagrins
Passe ta vie sans préavis
Oui Passe

Ecouter la chanson
Passe - Eric Zahnd & Eloïse     

Reprends ta route avec le vent
Range tes doutes, regarde devant
Tu sauras bien quoi faire, avance vers la lumière
Reprends ta route avec le vent
Il est passé l’hiver, revoilà la printemps
Reprends ta route avec le vent

Range tes vieilles peurs, mets ton plus joli chapeau
Elle est venue l’heure de secouer tes oripeaux
Rien à foutre
Même pas peur, même pas beau
Tu t’en vas sur la route chanter pour les corbeaux
Rien à foutre du rétro

Réveilles tes rêves, enfile tes godillots
Il y a au loin une grève qui se languit de tes galops
Rien à foutre
Tout cassé, tout  pas beau
Tu t’en vas sur la route danser pour le ruisseau
Rien à foutre du rétro

Secoue ta vieille vie, convoque tes rêves d’enfant
Ravive tes envies et offre les au vent
Rien à foutre
Tout flétri, tout branlant
Tu t’en vas sur la route jouer avec le temps
Vive l’heure et vive l’instant

Ecouter la chanson
Passe - Eric Zahnd & Eloïse     

1-Si tu cours après l’amour
Rien n’arrêtera tes pas
Ni tes gênes ni tes peurs
Ni tes peines ni tes pleurs
Si tu cours dans ta tête
Au bout du temps au bout d’ta quête
Tu vois rien qu’en fermant les yeux
Ton ciel soudain sera plus bleu
Mais si tu cours les honneurs
L’argent, l’pouvoir au fond d’ton cœur
Passe ton chemin, passe le pont
T’as pas ta place dans ma chanson

2-Si tu cours avec le vent
Les yeux fixés sur l’horizon
Tu sentiras tes ailes
Te porter jusqu’à l’arc en ciel
Si tu cours au bout d’ta vie
L’esprit libéré accompli
Au bout des jours au bout d’la crête
Tu te prépareras pour la fête
Mais si tu cours les honneurs
L’argent, l’pouvoir au fond d’ton cœur
Passe ton chemin, passe le pont
T’as pas ta place dans ma chanson

3-Si tu cours au bout du monde
Sur les chemins aux joies fécondes
Loin des tumultes des cités
Tu entendras ton cœur prier
Si tu cours vers les nuages
En quête d’un heureux présage
La terre t’offrira milles trésors
Brises légères sur les blés d’or
Mais si tu cours les honneurs
L’argent, l’pouvoir au fond d’ton cœur
Passe ton chemin, passe le pont
T’as pas ta place dans ma chanson

4-Si tu cours dans le désert
A la recherche de la lumière
Au bout d’la nuit au bout du rêve
Tu apercevras une grève
Si tu cours sur les chemins
Où perle la rosée du matin
Aux premiers rayons du soleil
Tu apercevras des merveilles
Mais si tu cours les honneurs
L’argent, l’pouvoir au fond d’ton cœur
Passe ton chemin, passe le pont
T’as pas ta place dans ma chanson

Ecouter la chanson
Si tu cours - SPINNAKER - Edyt-Dominique-Jean Pierre-Eric     

1- Y’a qu’le chat qu’a su qu’tétais mort
Lui qui v’nait quémander sa pitance
C’est l’seul pour qui tu comptais encore
Tu avais une grande importance

2- C’est l’facteur qui t’a trouvé là
Le jour d’la pension du mandat
Tu gisais au pied des escaliers
Le chat fidèle à tes cotés

3- Un matou c’est mieux qu’rien du tout
Mais moi j’trouv’ que c’est une faute de goût
De quitter ce monde en s’excusant
Presque pour le dérangement

4- Tu vivais au bout de ma rue
Je crois bien que je t’ai jamais vu
C’est bien tard mais je m’en vais ému
Fleurir la tombe du voisin inconnu

5- Quand j’s’rai las au bout du chemin
Demain peut être ou après demain
J’aim’rais mieux une larme d’un gamin
Plutôt qu’les cris d’désespoir d’un félin

Ecouter la chanson
Y a que le chat - Eric Zahnd & Eloïse     

Y’en a des qui, y’en a des quoi
Y’en a des qui ma foi
Des qui me laissent quoi

1- Y’en a des qui ma bonne dame
Des qui vous tentent, des qui vous charment
Des qui ondulent sous le drapé
Des tissus vaporeux l’été

2 – Y’en a des qui, charmant tableau
Des qui sourient, qui font les beaux
Sous la dentelle ou sous la soie
Des qui, mon Dieu, vous mettent en joie

3 – Y’en a des qui se dressent fiers
Qui caracolent dans la lumière
Des qui se fanent au fil des ans
Les plus belles fleurs ne durent qu’un temps

4 – Y’en a des qui, belle demoiselle
Qui vous accostent, vous interpellent
Y’en a des qui se font discrets
Pour le seul bonheur d’leurs bonnets

Ecouter la chanson
Y en a des qui - Eric Zahnd & Eloïse     

Luna Luna, t’es mon soleil à moi
Quand j’pense à toi
Ça brille au fond d’mon cœur
Dehors il peut faire gris il peut faire froid
A l’intérieur c’est plein de p’tits bonheurs

Luna Luna, t’es mon étoile à moi
Quand j’pense à toi
Ça scintille dans mon âme
Dehors il peut faire sang il peut faire larme
Moi j’m’en fous bien j’suis sous ton charme

1-Quand ta p’tite main
Se ferme sur mon doigt
Moi j’suis tout chose, tout flagada
La vie en rose moi je vois qu’ça
Luna Luna, j’suis béguin d’toi

2-Quand tes p’tits yeux
Regardent autour de toi
J’cherche ton regard des fois qu’une fois
Tu pourrais l’accrocher à moi
Luna Luna, j’suis béguin d’toi

3-Quand ta p’tite bouche
Cherche à téter mon bras
J’suis pas farouche, j’contrarie pas
Dès que tu m’touche je fonds pour toi
Luna Luna, j’suis béguin d’toi

Ecouter la chanson
Luna Luna - Eric Zahnd & Eloïse     

J’ai du soleil dans la tête
J’ai plein de fleurs dans le cœur
Toute ma vie est une fête
J’ai rendez-vous avec le bonheur
J’ai mes habits du dimanche
Mis ma belle chemise blanche
Rendez-vous galant
Rendez-vous avec un ange

Elle s’appelle Luna
C’est une drôle de petite fille
Haute comme trois billes
Une barre de chocolat
Elle a conquis mon cœur
Avec ses éclats de rire
Ses petits pleurs
Petite bulles de bonheur
Luna la belle
Luna l’abeille
Le monde est plus joli
Depuis qu’t’es entré dans ma vie

J’ai de la vie plein les veines
Ça bouillonne dans ma sève
Rendez vous privé
Avec le plus beau des bébés
J’ai mis mes habits de fête
Mon nez rouge et ma casquette
Mes souliers trop grands
Pour faire rire ses jolis yeux d’enfant
Elle a conquis ma vie
Et je suis sur un nuage
Heureux présage
D’un monde de fantaisie
Elle a conquis ma vie
Et mon ciel est sans ombrage
Bel héritage
D’une vie de poésie

Ecouter la chanson
Nonno Rocker Luna's Blues light - Eric Zahnd     

Je suis un rat d’égout
Rattus rattus plein d’poux
Vous inspire le dégout
M’en fous bien après tout

1-Je suis un rat d’égout
Un gros rat dégoutant
Vous inspire le dégout
Suis pas bien ragoutant
Je suis un rat des villes
Et pas un rat des champs
Les gens me trouvent vil
Racaille même souvent

2-Suis pas un rat des champs
C’est là tout mon tourment
Car mon cousin le loir
N’est pas au désespoir
Lui qu’on trouve même mignon
Piquant son roupillon
Sa grande queue bravache
Qualifiée de panache

3-Je suis un rat des villes
Je suis un rat d’égout
Je suis roi des poubelles
Je suis prince de la boue
J’élève ma p’tite famille
Dans les caves et les trous
Et quand ça crie famine
J’viens faire un tour chez vous

4-Je suis un rat d’égout
Je ne sors que la nuit
Peu de chance qu’une fille
Un jour m’trouve à son gout
Dans l’fond j’ai pas envie
De finir dans une roue
A flatter vot’ plaisir
Comme l’écureuil roux

Ecouter la chanson
Le rat d'égout - Eric Zahnd     

Elle se souvient des temps anciens, de vielles histoires qu’on murmurait
Il reste quelques parchemins, quelques tableaux dans les musées
Le monde était couvert de fleurs, les arbres étaient couverts de fruits
Milles senteurs, milles couleurs, milles pollens, graines de vie
Que ses ancêtres convoyaient de part les forêts et les prés
Messagers des belles saisons, des promesses des jours féconds.

Puis vint le temps des grandes famines, les hommes empoisonnèrent la terre
Plus de coquelicots dans les blés, de mauvaises herbes ni de haies
Plus de nectars plus d’étamines, que des champs stériles et déserts
Les hommes empoisonnèrent la vie, à grand renfort de leur chimie
De leurs liqueurs naturicides, leur folle alchimie boulimique
Monstre pillard de nos futurs, ogre dévoreur des espoirs.

S’en vint alors le temps des pleurs ; les grandes colonies s’affaiblirent
Les ruches et les essaims mourraient et les hommes soudain découvrirent
Que plus aucun fruit ne poussait. Les arbres ne pouvaient plus compter
Que sur le vent pour féconder leurs fleurs, leurs trésors, leurs désirs
Et toute la vie s’arrêta net dans les vergers du vaste monde !
Condamnant l’homme à sa disette privé des richesses fécondes.

Elle est là,  la dernière abeille. Sa ruche avait bien résisté,
Mais elle aussi avait sombré. Elle est la toute dernière abeille
Elle lisse ses petites ailes, puis s’en va dehors embrasser
La toute dernière fleur dans le pré ; une petite fleur de pâquerette
Elle mélange ses dernières larmes à celles de la fleur qui pleure
Et elles s’endorment à jamais, loin de ce monde et son vacarme.

Puis le monde a sombré, noyé sous les larmes du Ciel

Ecouter la chanson
La dernière abeille - Eric Zahnd     

1-C’est un p’tit kangourou qui part pour Tombouctou
Il range dans sa poche ses cachous ses joujou
Son pyjama pistache, son duvet, son doudou
Tout recouvert de taches comme dame girafe

C’est un p’tit kangourou qui part pour Tombouctou
C’est un p’tit kangourou tout choux

2-Il quitte sa maison et croise sur le chemin
Hubert le hibou qui lui lance un coucou
Salut p’tit kangourou si tu veux bien de moi
Moi je pars avec toi visiter Tombouctou

3-Et voilà nos amis bras dessus bras dessous
Partis comme des cabris sur chemins de cailloux
Prenez garde au Yéti et son compère le loup
Grand dévoreur d’amis, hibou et kangourou

4-A la lisière du bois, c’est en levant les yeux
Qu’ils virent l’écureuil roux espiègle et malicieux
Beau panache belle queue, il poussait des noisettes
Jusque dedans son trou au dessus de sa tête

5-Bonjour les roudoudous, attendez donc un peu
Que je passe ma veste et casse quelques noisettes
Et je pars avec vous sans demander mon reste
De la forêt du loup, visiter Tombouctou

6-Aux abords des maisons, croisent dame hérissons
Revenant de son champs ; Ah que la terre est basse
Mes jeunes compagnons, cultiver à mon âge
Autant faire des ménages pour occuper mon temps

7-S’il vous en agréait, j’aimerais désormais
Visiter le grand monde ; vous prêterai mes épines
Si une âme chagrine venait nous ennuyer
Le loup ou le yéti, n’en ferai qu’une bouchée

8-C’est ainsi sur la route que la petite troupe
Se mit à circuler en chantant à tue tête
Le loup et le yéti en furent tout déconfis
Et durent, les ripoux, manger d’la soupe au chou

9-A la fin du voyage, pas le moindre nuage
Dans le ciel acajou des nuits de Tombouctou
Quels beaux paysages, quelle belle amitié
S’est forgée au passage, par les monts et vallées

Ecouter la chanson
Le petit kangourou - Eric Zahnd     

1-J’ai un look de vieux plouc
Un style de vieux débile
Je cultive à mon âge
Un petit air vintage
Suis un brin collector
Je sculpte pas mon corps
Et même si je l’vaux bien
Moi je m’en bats bien l’train

Suis accroc, à la cro-picon
Le cousin de l’homme de Cro-Magnon
Ma grand-mère, une australopithèque
M’a offert cette bouille de pastèque
Je suis bouffi bouffon
Tout gonflé au bourbon
Je suis confis confus
Un gros dindon dodu
C’est pour vous plaire
Que j’prends des airs
Pour vous séduire
Que je fais rire
Un p’tit chose qui prend la pose
Un ballon rond qui fait l’mignon

2-J’ai un look de vieux bouc
Un style de vieux sénile
Je cultive les effluves
D’urinoir d’pédiluve
J’sens la clope, je sens l’homme
Je suis Dédé l’carbonne
Et même si je l’vaux bien,
Je m’en tape les zinzins

3-J’ai un look de vieux beau
Batracien, vieux crapaud
J’élève sous mon pelage
Un troupeau d’puces en cage
Pas de love pas d’lavoir
Pas d’amour pas d’remord
Et même si je l’vaux bien
Moi j’m’en fous bien bien bien

Ecouter la chanson
Je l'vaux bien - Eric Zahnd     

Au clair de la lune
Mon ami Pierrot
Je cherche la fortune
La fortune du pot

A la claire fontaine
Ma douce amie la fée
Je recherche une peine
Perdue à consoler

Dans l’aube qui fume
Au clair du jour qui vient
Je souffle sur la brume
Et s’en vient le matin

Au clair de l’aurore
Mon amie la rosée
Je cherche l’accord
Pour mieux t’accompagner

A claires matines
Mon ami boulanger
Je cherche Dame Tartine
Dans son palais beurré

J’ai perdu ma plume
Il me reste un stylo
Volé, je le présume
A l’un de tes vieux pots

Au bout de sa mine
Mon bon ami Pierrot
Je tricote des rimes
Pour faire danser les mots

Au bout de sa mine
Mon bon ami Pierrot
Je tricote des rimes
Pour panser les maux

Au clair de la lune
Mon ami Pierrot
Je cherche la fortune
La fortune du pot

Ecouter la chanson
Au clair de mon âme - Eric Zahnd     

1-Dis-moi Dédé dodu dis-donc
Dis-moi dis-donc mon doux dindon
Dit dame Cocotte à son amant
Le coq est parti au charbon
On peut se bécoter l’menton
Cocorico et canetons
On peut dodeliner du fion
Coquelicots et caquetons
Viens roucouler à l’unisson
Cocorico et caquetons
Viens donc me chatouiller l’menton
Cicirici et canetons

2-Vins t’en conter la bagatelle
Viens faire glouglou à ta gloutonne
Gligli à ta poule polissonne
Viens t’en me gratter sous les ailes
Comme tourtereau et tourterelle
On s’fait la malle on s’fait la belle
Le coq est sorti pour de bon
Coquelicots et canetons

3-Sors donc deux verres deux astiqués
Ce soir très cher on va trinquer
Vins t’en gratter sur le fumier
Viens donc danser viens donc guincher
Le coq tu sais il est pas drôle
Vins t’en danser la carmagnole
Le coq est parti au charbon
Viens donc me chatouiller l’menton

4-Viens t’en mon cœur mon bel amant
Viens dévergonder ta Cocotte
J’ai des ardeurs de jeune poulette
Viens roucouler à l’unisson
Et même si t’es tout fripé
Fieffé fripon dodeliné
J’t’aime bien dindon dodu Dédé
J’ai des frissons rien qu’d’y penser

5-L’coq est sorti on l’entendra
Bien sonner quand il rentrera
Le coq il aime jouer du clairon
Bien pire encore que l’adjudant
Le coq est sorti pour de bon
Viens donc me chatouiller l’menton
Le coq est parti au charbon
Bien fait pour lui, il est trop con

Ecouter la chanson
Cococrico - Eric Zahnd     

Quand je s’rai grande j’s’rai une fleur
Une fleur des champs ou des chemins
Pour dire au monde qui a peur
Prenez grand soin de l’eau du vent
Prenez grand soin de votre cœur
Prenez grand soin de votre temps
Quand je s’rai grande j’s’rai  une fleur
La plus petite fleur des champs

Quand je s’rai grande j’s’rai une brise
La plus petite sœur des vents
Je caresserai le monde en crise
Pour apaiser tous ses tourments
Avant que l’amour ne tarisse
Je glanerai à travers champs
Quand je s’rai grande j’s’rai une brise
La plus petite sœur des vents

Quand je s’rai grande j’s’rai une mine
De vieux stylo ou de crayon
Je dessinerai des prières
Qui parlent du ruisseau, du vent
Pour dire au monde qu’il espère
Que tout peut renaître à nouveau
Quand je s’rai grande j’s’rai une mine
De vieux crayon ou de stylo

Quand je s’rai grande j’s’rai un oiseau
Une hirondelle ou un moineau
J’irai voler dessus les murs
Et disparaîtrai dans l’azur
Pour attirer les yeux du monde
Fêter la liberté féconde
Quand je s’rai grande j’s’rai un oiseau
Une hirondelle ou un moineau

Quand je s’rai grande je s’rai la Vie
Le vif argent ou la folie
J’irai flâner au bout du monde
Je s’rai la Vie quand je s’rai grande
Semer des amitiés lointaines
Germes d’espoir comme des graines
Et les faire éclore à l’envi
Quand je s’rai grande je s’rai la Vie

Quand je s’rai grande je s’rai l’amour
Celui qui sauve le désespoir
En offrant la lumière au jour
Pour qu’il puisse éclairer le noir
De milliers de gerbes de couleurs
Qui viennent décorer les cœurs
Je s’rai l’amour quand je s’rai grande
Pour qu’il puisse éclairer le monde

Ecouter la chanson
Quand je serai grande - Eric Zahnd     

1-Ecoute le chant des étoiles, petite fille
Dans la tiédeur des nuits d’été
Elles jouent à répondre aux cigales
Qui rendent hommage à leur clarté
Louange de la vie pour ses mères
Qui dispersent dans l’univers
Mêlées aux gerbes de lumière
Leurs germes féconds de poussières

2-Ecoute le chant des étoiles, petite fille
Elles te diront d’où vient la vie
Forgée dans le chaudron des fées
De quelques perles de rosée
Mélangées aux poussières d’étoiles
Trois petits pas de danse, c’est la vie qui commence
Ecoute le chant des étoiles, petite fille
Elles te diront d’où vient la vie

3-Ecoute le chant des étoiles, petite fille
Elles te diront combien la vie
Est belle, précieuse et si fragile
Comme une aile de libellule
Posée sur la pierre du ruisseau
Comme la dentelle d’une minuscule araignée d’eau
Ecoute le chant des étoiles, petite fille
Elles te diront combien la vie

4-Ecout’ le murmure des étoiles, petite fille
Elles te diront où va la vie
Elles sont le refuge des âmes
Qui quittent notre corps, lorsque la mort braconne
Pour aller briller dans le ciel
Et éclairer nos nuits et éclairer nos vies
Ecoute le chant des étoiles, petite fille
Elles te diront où va  la vie

Ecouter la chanson
Le chant des étoiles - Eric Zahnd     

1-Quand Madame dit, moi j’obtempère
J’suis son mari, mais j’file pépère
Faut pas jouer au fanfaron
Tout l’monde sait bien qu’à la maison
C’est elle qui porte le pantalon
C’est elle qui porte le pantalon

2-Quand Madame dit et passe commande
Je fais l’impasse sur mes demandes
Et même si j’suis au désespoir
Je file me mettre à ses devoirs
Faut pas traîner à faire le loir
Faut pas traîner à faire le loir

Sinon c’est zéro, la tête à toto
Pour la bagatelle et pour les dentelles
Et sous l’édredon, mon vieux t’as l’air con
Faut calmer Nestor, car cette nuit on dort

3-Quand Madame dit, je m’précipite
Comme « Jacques a dit » derrière sa suite
Suffit pourtant d’ouvrir les yeux
Tout l’monde sait bien qu’quand on est deux
Y’a un leader et un suiveux
Y’a un leader et un suiveux

4-Quand Madame, quand elle suggère
J’fais pas celui qu’a des manières
Qu’aurait des vues contradictoires
Je file me mettre à ses devoirs
Faut pas traîner à faire le loir
Faut pas traîner à faire le loir

Sinon c’est zéro, la tête à toto
Pour la bagatelle et pour les dentelles
Et sous l’édredon, mon vieux t’as l’air con
Faut calmer Nestor, car cette nuit on dort

5-Quand Madame dit, je suis tout chose
Car son récit m’métamorphose
Il faut vous dire, j’suis amoureux
Tout l’monde sait bien qu’quand on est deux
Ça penche toujours quand même un peu
Ça penche toujours quand même un peu

6-Quand Madame, quand elle susurre
Je suis toute ouïe à ses murmures
J’adore écouter ses histoires
Celles qu’elle raconte dans le noir
Je file me mettre à ses devoirs
C’est pas l’moment de faire le loir

Sinon c’est zéro, la tête à toto
Pour la bagatelle et pour les dentelles
Et sous l’édredon, mon vieux t’as l’air con
T’auras des remords, si cette nuit on dort

Ecouter la chanson
Quand madame dit - Eric Zahnd     

Volent la vie, les cerfs-volants
Voguent les rires des enfants

1-Quand on a passé l’âge
On devient transparent
Plus grand monde ne songe
A réveiller le temps

Quand on a passé l’temps
On s’endort simplement
Au hasard d’un instant
Pour un somme un peu long

2-Quand on a passé l’âge
On se retire « clopin clopan »
Pour d’autres paysages
Pour d’autres firmaments

Quand on a passé l’temps
On ne meurt pas vraiment
On s’absente seulement
Un p’tit peu plus longtemps

Ecouter la chanson
Passé l'âge - Eric Zahnd     

Par le hasard sournois d’une mauvaise grippe aviaire
V’la que j’me r’touve pantois, debout devant Saint Pierre
Qui m’dit bonsoir p’tit gras, faut passer au vestiaire
Si tu veux bien on va faire le tour d’inventaire

Petit point d’inventaire, avant d’remettre les clés
De cette bonne vieille terre que l’on t’avait confiée
Tour du propriétaire avant quitus donner
Pour ta gestion éphémère

Je vois qu’t’as bien vécu dans l’occident prospère
Marchand d’canon, d’obus qui nourrit toutes les guerres
Mais qu’est ce que t’as fichu pour tes milliards de frères
Qui vivent là plus au sud, coincés dans leur misère

Je vois qu’tu t’es goinfré de tous les biens offerts
Pillé tout c’qui restait des entrées au dessert
Pour sûr, t’as rien gardé aux enfants de la terre
Les souv’nirs qu’t’as laissé insultent leur colère

Après tu vois p’tit con, ce p’tit tour d’inventaire
J’ai peu que la caution couvre pas l’nécessaire
Pour régler l’addition, va donc voir en enfer
Suer chagrin et sang jusqu’à la fin des ères.

Ecouter la chanson
L'inventaire - Eric Zahnd     

Au bord de la rivière, tu t’étais mise à nu
Ce petit bras de terre n’existait que pour nous
Le soleil du printemps caressait ta peau blanche
Bien mieux que ton amant, sur tes seins et tes hanches

Au bord de la rivière, tu t’étais mise nue
Et tu m’as embrassé d’une bouche pressée
Un baiser insatiable enroulés sur le sable
Et le temps qui s’étire, rien que pour nos désirs

Au bord de la rivière, tu t’étais mise nue
Tes lèvres sur ma peau, caresses dans le dos
Puis tu t’es assoupie entre mes bras blottie
Juste le clapotis pour bercer nos envies

Au bord de la rivière, tu t’étais mise nue
Un petit coin d’Eden, un paradis perdu
J’emporte le souvenir de tes éclats de rire
Où que j’aille ici-bas, ils seront avec moi.

Ecouter la chanson
Au bord de la rivière - Eric Zahnd     

Je suis Dame Girafe, dans ma savane
Je suis Dame Girafe, pas de cabane
Pas d’collier pas de toit pour entraver mon cou
Je dors sous les étoiles, dans le ciel d’acajou

Je suis Frère Eléphant, dans ma savane
Je joue avec le vent, pas de cabane
Pas d’entrave, pas de fers pour enchaîner mes pas
Je salue lourd et fier tous mes frères ici-bas

Je suis «Fine la gazelle», dans ma savane
Suis «Fine» la demoiselle, pas de cabane
Je cours après le vent, les zèbres les éléphants
Le « Rino » si féroce, ses cornes et puis sa bosse.

Je suis « Ti Roi » le lion, dans ma savane
Pas d’barreaux pas d’prison, pas de cabane
Pas de cage, pas de murs je regarde filer
Libre et fier dans l’azur, le temps sur mon rocher

Ecouter la chanson
Dans la savane - Eric Zahnd     

1-Tu t’fais chier dans l’boulot
Tu t’fais chier dans l’métro
Tu t’fais chier dans ta vie
Tu t’fais chier dans tes trops
Change de peau, change de peau

Change de lit, change de fille
Change d’amant, change d’envies
Change de coupe, change de look
Change de plan, change de scoop
Change de peau, change de peau

2-Tu t’fais chier dans tes drames
Tu t’fais chier dans ta came
Tu t’fais chier dans ta vie
Tu t’fais chier dans ton âme
Change de peau, change de peau

Change de pire, change de rire
Change de temps, change de mire
Change de loupe, change de route
De carcan, change de doute
Change de peau, change de peau

3-Tu t’fais chier dans ton cœur
Tu t’fais chier dans tes peurs
Tu t’fais chier dans ta vie
Tu t’fais chier dans tes pleurs
Change de peau, change de peau

Change de file, change de style
Change de champs, change de d’asile
Change de bouille, change de rouille
Change de banc, change de trouille
Change de peau, change de peau

4-Tu t’fais chier dans tes veines
Tu t’fais chier dans tes scènes
Tu t’fais chier dans ta vie
Tu t’fais chier dans tes peines
Change de peau, change de peau

Change de ride, change d’acide
Change de sang, change de guide
Change de housse, change de brousse
Change de clan, change de frousse
Change de peau, change de peau

Ecouter la chanson
Change de peau - SPINNAKER - Edyt-Dominique-Jean Pierre-Eric     

Souviens toi bien l’Amour, souviens toi de ce jour
Souviens toi bien l’ami, souviens toi de cette nuit
C’était pour vous la fête, c’était pour vous nos verres
Nos vœux et nos prières, c’était pour toi la Vie

On avait p’t’être trop bu, plus qu’il n’aurait fallu
On a vidé nos verres jusqu’à la dernière bière
La dernière confidence, la toute dernière danse
Dans la brume de nos yeux se lisaient des aveux
On avait p’t’être trop bu, nos peines se sont perdues
C’était pour toi la Vie, nos danses et nos envies

On a vidé nos âmes jusqu’à la dernière larme,
De rires et de couleurs on s’est gavé le cœur
De rires et de chansons, sucrées comme des bonbons
On s’est pété la panse jusqu’à c’que la nuit passe
Souviens toi bien mon âme de ces heures de charme
C’était pour toi la Vie, nos danses et nos envies

On a vidé la nuit jusqu’au dernier rayon de lune
Vénus s’est retirée au fond de l’univers
Et la nuit étoilée a éteint la lumière
Nous laissant la fortune là derrière les paupières
Ferme les yeux et rêve, c’est demain qui se lève
C’était pour toi la Vie, nos danses et nos envies

Souviens toi, souviens moi toutes ces heures de joie
Souviens to bien l’Amour, souviens toi de ce jour
Souviens toi bien la Vie, toutes ces heures bénies
Bonne nuit les Amants, prenez soin de ce temps.

Ecouter la chanson
Souviens toi - Eric Zahnd     

1-Tu regardes ta vie
Qui glisse le long de la rivière
Tes douleurs tes envies
A quoi ça rime, à quoi ça sert ?
Tu regardes le fil
Tendu au bout de ton bâton
Le poisson flaire, le poisson file
Et soudain mord à l’hameçon
Tu regardes ta vie
Qui glisse le long de la rivière
Tes douleurs tes envies
A quoi ça rime, à quoi ça sert ?
Tu contemples l’abîme
Qui te désire et qui t’attend
A quoi ça sert, à quoi ça rime
Semble te fredonner le vent

2-Tu contemples les jours
Qui glissent le long de la rivière
Tes défaites, tes amours
A quoi ça rime, à quoi ça sert ?
Le soleil du matin
Nettoie la brume sur le satin
Le soleil de feu au couchant
Embrase les larmes du torrent
Tu contemples les jours
Qui glissent le long de la rivière
Tes défaites, tes amours
A quoi ça rime, à quoi ça sert ?
Tu contemples l’abîme
Qui te désire et qui t’attend
A quoi ça sert, à quoi ça rime
Semble te fredonner le vent

3-Tu contemples les feuilles
Qui dansent le long de la rivière
Tes désirs et tes deuils
A quoi ça rime, à quoi ça sert ?
Tu regardes les saisons
Les jeunes cygnes au printemps
Seront cet été des seigneurs
Avant de migrer pour l’hiver
Tu contemples les feuilles
Qui dansent le long de la rivière
Tes désirs et tes deuils
A quoi ça rime, à quoi ça sert ?
Tu contemples l’abîme
Qui te désire et qui t’attend
A quoi ça sert, à quoi ça rime
Semble te fredonner le vent
4-Tu contemples ton âme
Qui glisse le long de la rivière
Tes peines et tous tes drames
A quoi ça rime, à quoi ça sert ?
Le poissons qui frétille
Piégé au fond de ton filet
Offre son dos à frère soleil
Maigre butin pour le dîner
Tu contemples ton âme
Qui glisse le long de la rivière
Tes peines et tous tes drames
A quoi ça rime, à quoi ça sert ?
Tu contemples l’abîme
Qui te désire et qui t’attend
A quoi ça sert, à quoi ça rime
Semble te fredonner le vent

5-Tu contemples le temps
Qui glisse au long de la rivière
Tes joies et tes tourments
A quoi ça rime, à quoi ça sert ?
Tu saisis le poisson
Esseulé  dans ta grande panière
Et le remet dans le courant
Comme une offrande à la rivière
Tu contemples le temps
Qui glisse au long de la rivière
Tes joies et tes tourments
A quoi ça rime, à quoi ça sert ?
Tu contemples l’abîme
Et tu t’enfonces dans le courant
Comme une offrande dans l’écume
Tu disparais dans le Torrent

Ecouter la chanson
Le pècheur - Eric Zahnd     

Jour de neige, la ville est blanche
Jour de trêve, on est dimanche

1-Aujourd’hui c’est jour d’hiver
Je m’suis fait un copain
C’est un gros bonhomme de neige
Qui trônait la dans mon jardin

2-J’ui ai dit salut bonhomme,
T’es nouveau dans le coin ?
Il m’a dit c’est un ptit môme
Qui m’a donné la vie c’matin

3-J’ai d’mandé qu’est c’que tu vas faire
Quand le soleil reviendra ?
Il m’a dit j’ai pas d’repère
Tu sais, j’ai jamais connu ça

4-C’est pas avec ces brindilles
Qui te font office de bras
Qu’tu vas filer comme un bille
La bas où il fait toujours froid

5-C’est juste au moment d’partir
Dans ses p’tits yeux de charbon
J’ai vu une larme grossir
Un gros chagrin d’abandon

6-T’en fais pas pour ça bonhomme
Un copain c’est pas si fréquent
Pour qu’ici je t’abandonne
Victime d’un réchauffement

7-J’l’ai ramené dans ma tanière
Fait une place dans mon frigo
Dégagé toutes mes bières
Viré ma petite vie solo

8-On attendra tous les deux
La prochaine glaciation
En attendant on est heureux
On partage tout même les glaçons

Jour de neige, la ville est blanche
Jour de trêve, tout est silence
Jour de neige, la ville est blanche
Jour de trêve, on est dimanche

Ecouter la chanson
Jour de Neige - Édyt-Dominique-Eric     

Dis-moi p’tit homme pourquoi ces peurs
Pour quelles urgences pour quelles erreurs ?
Tu vois la vie pourtant, c’est pas si compliqué
On cherche tous le même courant pour nos ailes déployées
Juste le bon tempo pour décoller

Dis-moi p’tite sœur pourquoi ces pleurs
Pour quel amant, quelle peine de cœur ?
Tu vois la vie pourtant, c’est pas si compliqué
On cherche tous la chaussure qui fait l’moins mal au pied
Juste le bon tempo pour avancer

Dis M’sieur pourquoi ces grands airs
Ce mépris à ta boutonnière ?
Tu vois pourtant la vie, c’est pas si compliqué
On cherche tous le même gué pour passer d’l’autre coté
Juste le bon tempo pour traverser

Dis-moi mon frère pourquoi cette guerre
Pour quelle mine d’or pour quelle chimère ?
Tu vois pourtant la vie, c’est pas si compliqué
Tout redevient poussière une fois qu’tu l’as roulée
Juste quelques grains à souffler

Ecouter la chanson
Le bon tempo - Édyt-Dominique-Eric     

1-Enfouie derrière les murs de la grande cité
Une vieille masure, ancien monde oublié
Au milieu du futur, s’excuse d’exister

Cachée par une friche, ruisselant de verdure
On dirait une niche, à peine même une injure
Au milieu du vertige des flèches aux fières allures

Qui vit terré ici ?
Les plus anciens racontent l’histoire d’une fille
Que jadis on croisait, promenant sa folie
Au hasard du quartier

2-Que fais tu dans cette antre, la vieille au bois dormant ?
Quels affronts quelles offenses t’a fait subir le temps ?
Quelle main s’est retirée sans t’avoir effleurée ?

Je pousse la grille rouillée, m’enfonce dans ton silence
Me noie dans la rosée de tes grandes herbes denses
Un bruissement léger suggère une présence

Un volet qui murmure, une porte plaintive
Je lève les yeux au mur et t’aperçois rétive
Grand papillon de nuit qui s’envole dans l’azur

3-En haut des escaliers, une porte béante
M’invite à promener un regard indécent
Au plein cœur de ta vie inondée de silence

Sous une cloche de verre, une tresse de mariée
Souvenir d’une fête à jamais oubliée
Vestige de ta jeunesse d’une étrange beauté

Sur une photo jaunie, les visages oubliés
Souriant à la vie, de ces tous jeunes gens
Que le temps insolent s’amuse à effacer

4-Sur la table dressée au milieu du salon
Une lettre rédigée, il y a bien longtemps
Quelques mots griffonnés en guise de pardon

Mon regard attiré par une masse sombre
Avise dans la clarté du jour qui s’estompe
Dans le jardin fleuri, la pierre d’une tombe

Qui te retiens ici au fond du purgatoire ?
Ni morte ni en vie , tu ères sans espoir
Grand papillon de nuit au milieu de nulle part

Ecouter la chanson
Au Coeur de ma cite - Édyt-Dominique-Eric     

Le jour se glisse par la fenêtre,
Petit matin d’hiver, tu n’es pas là
Le rêve s’éteint sous mes paupières,
Cette nuit encore j’étais près de toi,

Qu’avais tu de si urgent là haut ?
Pressé, parti trop tôt, pas le temps d’te poser
T’aurais pu flâner histoire de respirer
Laisser le temps couler comme l’eau sur tes ailes

Arrêter le temps sous la couette,
Mes mains dans tes mains, tu réchauffes mon cœur,
Un dernier souffle sur mes lèvres,
Une douce caresse qui apaise mes peurs

Qu’avais tu de si urgent là haut ?
Pressé, parti trop tôt, pas le temps d’te poser
T’aurais pu planer histoire de respirer
Laisser le temps couler comme l’eau sur tes ailes

Le chant du vent tout au long des chemins
Que nous suivions ensemble
Souviens-toi les ruisseaux, la senteur du jasmin
Les douces pluies, le soleil d’ambre

Qu’avais tu de si urgent là haut ?
Pressé, parti trop tôt, pas le temps d’te poser
T’aurais pu planer histoire de respirer
Laisser le temps couler comme l’eau sur tes ailes

Le soleil inonde mes rêves,
Joli jour d’hiver, que tu ne verras pas

Ecouter la chanson
Trop pressé - Édyt-Dominique-Eric     

Je suis tombé baba au hasard d’une page
Qui séchait sagement au creux d’une chaussure
Sur un texte savant qui parlait du naufrage
Des marchés, de la bourse et des infrastructures

On disait que tout change du jour au lendemain
Que les richesses d’hier avaient changé de main

Mon seul marché à moi, c’est celui du dimanche
Ou je vends mes brochets, mes goujons et mes tanches
Pêchés dans le ruisseau, juste au dessous d’chez moi
Qui chemine sous les saules, là dans le petit bois
Si voulez toucher mon marché aux plaisirs
Je lâcherai mes chiens, il vous faudra courir

Ma seule bourse à moi elle est en cuir noir
Mon père me l’a léguée le soir de son départ
Elle contient 3 boutons, une photo
D’un vieil ami parti bien trop tôt
Si vous venez m’la prendre ma bourse aux souvenirs
Je lâcherai mes chiens, il vous faudra courir

Ma seule route à moi, c’est un chemin sauvage
Qui mène de ma cabane à l’orée du village
Tout juste fréquentée par les jeunes amants
Qui y viennent discrets prononcer leurs serments
Si vous venez me l’prendre mon chemin de souv’nirs
Je lâcherai mes chiens, il vous faudra courir

On disait que tout change du jour au lendemain
Que les richesses d’hier avaient changé de main

Je suis tombé baba
Sur un texte savant qui parlait du naufrage
Des marchés, de la bourse et des infrastructures

Ecouter la chanson
Ma bourse aux souvenirs - SPINNAKER - Edyt-Dominique-Jean Pierre-Eric     

1-Sur la route aux milles destins
T‘as des doutes, tu cherches le ch’min
Dans le tourbillon d’la vie
Tu t’compromets en compromis

Arrête de t’perdre, avance tout droit
La où tes rêves guident tes pas
Suis la lumière au fond d’ton cœur
Le sang le feu ou la fleur tout dépend d’toi

2-Dans ta p’tit vie de gars normal
Y’a que du vide, que du banal
Tu fais pas d’bien, tu fais pas d’mal,
Tu comptes pour rien, ça vaut que dalle

Ouvre ton âme et tends tes mains
Rallume ta flamme au quotidien
Suis la lumière au fond d’ton cœur
C’est à ta main le sang le feu ou la fleur

3-Dans la poussière du monde en pleurs
Tu vis les guerres en spectateur
Le monde a froid, le monde a peur
Tu fais même pas l’effort de goûter ton bonheur

Ouvre ton cœur, brise tes chaînes
Chasse tes peurs, déploie tes ailes
Suis la lumière au fond d’ton cœur
Le feu, le sang ou la fleur c’est toi qui mènes

Ecouter la chanson
Le Sang La Fleur Le Feu - SPINNAKER - Edyt-Dominique-Jean Pierre-Eric     

1-Petite fille, petite fée
Un diamant brille dans mes idées
Quand j’pense à toi (bis)
Petite fille, fille de la Vie
J’ai du soleil dans mes pensées
Quand j’pense à toi (bis)
Petite vie déploie tes ailes
Mes yeux son tout remplis de perles
Quand j’pense à toi (bis)
Petite môme haute comme trois pommes
Il y a des trésors dans  mon cœur
Quand j’pense à toi (bis)

2-Petit marmot, petit joyaux
J’ai les globules qui font des bulles
Quand j’pense à toi (bis)
Petit bébé, tu vis de l’air
Tu ris au vent et je suis fier
Quand j’pense à toi (bis)
Petite vie, t’es un peu moi
Fille de ma fille, j’suis plein d’émoi
Quand j’pense à toi (bis)
Petite bouille petite gosse
Ma citrouille se change en carrosse
Quand j’pense à toi (bis)

3-Petite vie, tu vois petite
Dans mon jardin poussent des pépites
Quand j’pense à toi (bis)
Petit lézard, tu sais la vie
Est tout un art, d’puis qu’t’es ici
Et qu’j’pense à toi (bis)
Quand j’pense à toi, le bonheur chante
Quand j’pense à toi , la vie m’enchante
Quand j’pense à toi, la vie sourit
De toutes mes rides, de tous mes rires
Au bout d’la rive, au bout d’mes rêves
Je t’emmen’rai au bout dma grève
J’pens’rai à toi (bis bis)

Ecouter la chanson
Quand j'pense à toi - Eric Zahnd     

1 – Elle va la vie de marche en marche
Au fil des nuits, fâche qui fâche
Elle va la vie de marche en marche
Dans l’sens d’la marche
Elle court la vie, tout droit devant
Du grand soleil jusqu’au couchant
Elle court la vie, tout droit devant
Dans le courant

Y’a rien à dire, y’a rien à faire
Tu peux pas rev’nir en arrière
Tu vois p’tit gars, ça n’se fait pas
Ça sert à rien ’d’mander pourquoi
Pourquoi qu’on vit et qu’on le gâche
Pourquoi qu’on rit, pourquoi qu’on s’fâche
Pourquoi qu’on vit et puis qu’on lâche
Dans l’sens d’la marche

2- Elle file la vie au gré des jours
De nos envies, de nos amours
Elle file la vie au gré des jours
Elle suit son cours
Elle va la vie et ainsi va
De bas en haut, de haut en bas
Elle va la vie et ainsi va
Au gré des joies

3-Elle va la vie, elle va chantant
A la bataille en combattant
Elle va la vie, elle va chantant
Toujours chargeant
Elle va la vie, à tire d’ailes
Vers d’autres rives, d’autres dentelles
Elle va la vie, à tire d’aile
Vers l’arc en ciel

Ecouter la chanson
Dans le sens de la marche - Eric Zahnd & Eloïse     

Au bal des joyeux faux culs
Tu danses, tu danses
Un pas d’coté et tu remues
Ta panse, tu penses
Au bal des joyeux faux culs
Tu danses, tu danses
Sur l’tas d’fumier tu gesticules
Et  penses, et penses

Ces gens qui dorment dans la rue
C’est inconcevable, c’est incongru
Mais que fait la maréchaussée
C’est pourtant pas si compliqué

Les migrants et les migrés
On y peut rien non rien changer
C’est la faute au gouvernement
C’est la faute à nos dirigeants

Le pillage de la terre
Mais qu’est ce qu’on peut y faire ?
C’est le problème de l’industrie
Qui nous fabrique tous ces produits

Les horreurs de la guerre
Mais ma bonne Dame qu’y faire ?
C’est pas nous les marchands d’canons
Nous on a juste quelques actions

Ecouter la chanson
2018-01-Le bal des faux culs - Eric Zahnd     

Ça te fait pas envie ; dis
quand tu vois passer les oiseaux
de regarder d’en haut
ce petit monde en frénésie ?

Ça te fait pas envie ; dis mon ami
Le monde est plus joli
Avec un brin de poésie / fantaisie
Ça te fait pas envie ?

Ça te fait pas envie ; dis
Quand tu regardes les poissons
De plonger tout au fond
Chercher les trésors engloutis ?

Ça te fait pas envie ; dis
Quand tu vois danser les étoiles
De hisser haut les voiles
Explorer le ciel infini ?

Ça te fait pas envie ; dis
Quand tu vois jouer les enfants
De remonter le temps
A la source des rêves assoupis ?

Ça te fait pas envie ; dis
En entendant rire le ruisseau
De te fondre dans l’eau
Pour redevenir pluie ?

Ça te fait pas envie ; dis
Quand tu rencontres l’arc en ciel
D’être comme l’hirondelle
Pour jouer avec lui ?

Ça te fait pas envie ; dis
En sentant e souffle du vent$
De lui prêter ton chant
Qu’il le porte vers d’autres rives ?

Ça te fait pas envie ; dis
En égrainant ces quelques mots
De prendre ton stylo
Pour enchanter la Vie ?

Ecouter la chanson
2018-01-Ca te fait pas envie - Eric Zahnd     

Stylo, paroles et mélodie cadeaux de Cécile

Il est des trésors enfouis au plus profond de nos vies
Des sentiments bien cachés qui attendent d’être révélés.
A mon cher ami Pierrot, ce stylo ai fait cadeau
Afin que jaillissent les mots sous sa plume à nouveau .

Quarante huit rue du Chasnot, j’ai dégoté ce cadeau
Mais ne connais pas l’histoire de ce Watermann noir.
Cachée au fond d’un tiroir, une plume broie du noir
Cela fait quelques années qu’elle n’a pas pu s’exprimer.

Il a fallu un départ pour qu’à nouveau naisse l’espoir
Qu’une main ouvrant la boîte, délivre cette plume délicate.
C’est au « Palais du Stylo » où je me rends aussitôt
Que l’Expert s’est exprimé et le verdict est tombé.

Au neuf de la rue Aubert, je l’ai fait parler l’Expert
Quelle belle plume en or, « Numéro 6 » un trésor.
Mais je me retrouve vaincue, « cartouche verre » ça n’se fait plus
Comme principal compagnon, il me conseille le flacon.

Ecouter la chanson
2018-01-Un stylo en cadeau - Eric Zahnd & Eloïse     

Tu vois l’Ami, on est frères d’étoiles
Faits des mêmes poussières
Qui s’affolent et s’envolent
Dans le rire du vent
Tu vois l’Ami, on est du même sang
Faits des mêmes tourments
On a les mêmes gènes / chaines
On a les mêmes peines

Tu vois l’Ami, on est frères de sang
On a les mêmes gènes
Eve, Lucy ou Adam
On a les mêmes peines
Les pleurs d’un enfant
Et la vie qui sépare
Les amis les amants
Et le temps qui se marre
Qui disperse et qui sème
Et passe pour la moisson
Lorsque vient la saison
Car nul n’est exempt
De la dîme du temps
Cash, ton âme
Cash, cash

Tu vois l’Ami, on est frères d’étoiles
On a le même soleil
Le même ciel, le même voile
Et la terre en partage
Les ruisseaux, les forêts
Les montagnes, les vallées
Les printemps, les étés
Les senteurs de la mer
Les regrets en hiver
Quand approche la rive
Mêmes rêves à la dérive
Car nul n’est exempt
De la dîme du temps
Cash, ton âme
Cash, cash

Ecouter la chanson
2018-01-On est frères - Eric Zahnd     

Par le hasard sournois d’une mauvaise grippe aviaire
V’la que j’me r’trouve pantois debout devant Saint Pierre
Qui m’dit bonsoir p’tit gars, faut passer au vestiaire
Si tu veux bien, on va faire le tour d’inventaire.
Petit point d’inventaire avant d’remettre les clés
De cette bonne vieille terre que l’on t’avait confiée
Tour du propriétaire avant quitus donner
Pour ta gestion éphémère

Je vois qu’t’as bien vécu dans l’accident prospère
Marchand d’canons d’obus qui nourrit toutes les guerres
Mais qu’est ce que t’as fichu pour tes milliards de frères
Qui vivent là plus au sud, coincés dans leur misère ?

Je vois qu’tu t’es goinfré de tous les biens offerts
Pillé tout c’qui restait des entrées au dessert
Pour sûr t’as rien gardé aux enfants de la terre
Les souv’nirs qu’t’as laissés insultent leur colère

Après tu vois, p’tit con, ce p’tit tour d’inventaire
J’ai peur que ta caution couvre pas l’nécessaire
Pour régler l’addition, vas donc voir en enfer
Suer chagrin et sang jusqu’à la fin des ères.

Ecouter la chanson
L'inventaire - Eric Zahnd     

Je suis Dame Girafe dan la savane
Je suis Dame Girafe, pas de cabane
Pas d’collier pas de toit pour entraver mon cou
Je dors sous les étoiles dans le ciel acajou

Je suis Frère Eléphant dans la savane
Je joue avec le vent, pas de cabane
Pas d’entrave, pas de fers pour enchaîner mes pas
Je salue lourd et fier tous mes frères ici bas

Je suis Ti Roi le lion dans ma savane
Pas d’barreaux pas d’prison, pas de cabane
Pas de cage, pas de mur, je regarde filer
Libre te fier dans l’azur, le temps sur mon rocher

Je suis Fine la Gazelle dans la savane
Suis Fine la demoiselle, pas de cabane
Je cours après le vent, les zèbres, les éléphants
Le rino si féroce, ses cornes et puis sa bosse

Ecouter la chanson
Dans la savane - Eric Zahnd     

Si le vent le veut, s’il le veut bien le vent
Assis sur un nuage, je travers’rai les âges
Sur une montgolfière, aux confins de la terre
Je remont’rai le temps du Couchant  jusqu’au Levant

S’il le veut, le veut le vent
A la source du temps, j’irai boire nos printemps
S’il le veut le vent, oui le vent

Si le vent le veut, s’il le veut bien le vent
Je tiss’rai une voile, m’envolerai vers les étoiles
Je f’rai pleurer le ciel sur le sort des abeilles
Pour faire pousser des fleurs au milieu du désert.

Si le vent le veut, s’il le veut bien le vent
Je sem’rai des prières par-dessus les frontières
Debout sur les chimères, j’irai voir la lumière
Danser au firmament, au son de mes chansons

Si le vent le veut, s’il le veut bien le vent
Je me ferai oiseau pour voir la terre d’en haut
Et chanter ses serments sur le dos d’un dragon
Plonger dans l’océan, saluer les poissons.

Si le vent le veut, s’il le veut bien le vent
Je croiserai ton rire, conjug’rai nos désirs
Aux plaisirs du temps, je tisserai des rêves
Au fil de nos vies jusqu’au bout de la grève.

Ecouter la chanson
2018-02-Si le vent le veut - Eric Zahnd     

Laisse moi rêver, laisse moi rêver
Quand je s’rai mort, quand je s’rai mort
Quand ce s’ra qu’on brûlera mon corps
S’pourrait qu’alors, s’pourrait qu’alors
Il se mette à chanter encore
Laisse moi rêver, laisse moi rêver
Laisse moi rêver, laisse moi rêver

Laisse moi rêver, laisse moi rêver
Après l’voyage, après l’passage
Quand mon âme sera au péage
S’pourrait qu’en guise d’addition,
On lui réclame une chanson
Laisse moi rêver, laisse moi rêver
Laisse moi rêver, laisse moi rêver

Laisse moi rêver, laisse moi rêver
Au bout du ch’min, au bout du ch’min
Au retour de par chez les miens
Peut être bien, se pourrait bien
Qu’on entonnera un petit refrain
Laisse moi rêver, laisse moi rêver
Laisse moi rêver, laisse moi rêver

Laisse moi rêver, laisse moi rêver
Au fil des jours au fil des ères
J’f’rai pousser des chansons d’amour
Qui iront féconder la terre
De milles fleurs milles prières
Laisse moi rêver, laisse moi rêver
Laisse moi rêver, laisse moi rêver

Laisse moi rêver, laisse moi rêver
Se pourrait bien, peut être bien
Que là serait mon vrai destin
Après une vie de labeur
Toute la mort à offrir des fleurs
La mort à faire éclore les cœurs
La mort à repousser les peurs

Laisse moi rêver, laisse moi rêver
Laisse moi rêver, laisse moi rêver

Ecouter la chanson
2018-02-Laisse moi rêver - Eric Zahnd     

J’ai le clic qui m’angoisse
Le clic qui m’embarrasse
J’ai le tempo flottant
Une fois dehors, une fois dedans
J’ai beau me concentrer
Compter et m’appliquer
J’ai l’tempo fluctuant
J’ai le clic turbulent

Moi j’adore la musique
Mais c’qui m’trouble c’est le clic
Moi j’adore butiner
Devant derrière ou à coté

J’ai le clic qui m’angoisse
Le clic qui m’porte la poisse
Je tombe pas sur le temps
Une fois après une fois avant
J’ai beau faire des progrès
Réviser diviser
J’ai l’tempo nonchalant
J’ai le clic éprouvant

J’ai le clic qui m’angoisse
J’ai le clic qui me passe
Soit derrière soit devant
Mais rarement en clignotant
J’ai beau bien écouter
J’tombe toujours à coté
J’ai l’tempo klaxonant
Qui cherche à passer d’vant

Ecouter la chanson
2018-02-Le clic - Eric Zahnd     

J’me souviens plus
De quelle couleur était l’été
Quelle saveur avait la rosée
J’me souviens plus
Sur quel sentier sur quel chemin
Quand j’ai osé frôler ta main
J’me souviens plus
Le gout de tes lèvres mouillées
Quand t’as mordu dans mes pensées
J’me souviens plus
Si t’as gardé les yeux ouverts
Pour y voir comme en pleine lumière

J’me souviens plus
Mais je m’souviens
Que c’était beau que c’était bien
J’m’en souviens bien

J’me souviens plus
Si t’as frémi quand j’ai défait
Le premier bouton d’ton ch’misier
J’me souviens plus
Les mots murmurés à l’oreille
Les caresses chaudes du soleil
J’me souviens plus
Les fleurs d’été nous allongés
Si t’as souri quand j’ai osé
J’me souviens plus
Le chant du vent et du ruisseau
La couleur du ciel les oiseaux

J’me souviens plus
Si j’ai parlé si tu as ri
Si enlacés on a dormi
J’me souviens plus
Une fois qu’on a rouvert les yeux
Si on s’est promis d’être heureux

Ecouter la chanson
2018-02-J'me souviens plus - Eric Zahnd     

Madame la Vie, que rest’ra t-il ?
Au bout du bout, au bout des ans
Quelques goûters, quelques gâteaux
Au fil des joies, des rires d’enfants.
Madame la Vie, que rest’ra t-il ?
Au bout du temps et des tourments ?

Madame la Vie, que rest’ra t-il ?
Au bout du ch’min et des chagrins
Le chant du vent et des oiseaux
Au fil des pas dans les sous bois.

Madame la Vie, que rest’ra t-il ?
Quelques caresses et la tendresse

Madame la Vie, que rest’ra t-il ?
Au bout d’la rive au bout d’la grève
Quelques prières et quelques noms
Au gré des rêves et des chansons.

Madame la Vie, que rest’ra t-il ?
Au fil des joies et des émois ?

Ecouter la chanson
2018-03-Que restera t-il ? - Eric Zahnd     

Rien n’est plus tout à fait pareil
Depuis que t’es partie
C’est la même lune, le même soleil
Mais moi aussi, tu vois, j’vieillis
Le monde change le monde bouge
On y peut rien, les pierres roulent
Mais là tout au bout du ch’min
C’est toujours le même refrain

C’est des p’tits riens qui changent tout
Maintenant qu’t’es partie
Faudra bien s’y faire après tout
Mais moi, tu vois, j’ai pas envie
Le monde s’affole et se défoule
On y peut rien, les pierres roulent
Mais là tout au bout du ch’min
C’est toujours le même refrain

Je savais pas c’qu’était l’absence
Avant qu’tu sois partie
La terre tourne toujours dans l’même sens
Mais moi, tu vois, j’m’ennuie
Le monde rugit, le monde s’écroule
On y peut rien, les pierres roulent
Mais là tout au bout du ch’min
C’est toujours le même refrain

C’est toujours le même refrain
C’est toujours la même rengaine
Au bout d’la route, au bout du ch’min
C’est toujours le deuil et les peines
Le monde s’agite et caracole
On y peut rien, les pierres roulent
Mais là tout au bout du ch’min
C’est toujours le même refrain

Ecouter la chanson
2018-03-Le même refrain - Eric Zahnd     

Un jour, je serai une feuille
Je m’offrirai au vent
Qu’il me porte vers le ciel
Dire bonjour au soleil
Un jour, je serai une brindille
M’offrirai à l’oiseau
Pour construire son nid
Et voir le monde d’en haut

Un jour je serai une paille
Je glisserai sur le sol
Et nourrirai la terre
Pour qu’elle enfante des fleurs

Un jour je serai une plume
M’offrirai au poète
Pour qu’il livre son âme
Et son cœur et sa tête

Ecouter la chanson
2018-03-Un jour - Eric Zahnd     

Je voudrais être gardien de cimetière
Aller dire bonjour aux compères
A ceux qui n’ont grand Dieu personne
Aux pauvres gueux et aux ivrognes
A ceux qui partent en solo
A l’hôpital dans le caniveau
A ceux qui tirent leur révérence
Trop loin de ceux à qui ils pensent
A ceux que la vie a isolé
Que personne ne sait raconter
J’irai leur tenir compagnie
Qu’il  fasse moins vide dans leur vie
L’éternité sans voir personne
Ca doit être un peu monotone
Je voudrais être gardien de cimetière
Tailler bavette avec les pierres

Le jour où c’qu’ils sont enterrés
J’irai flâner dans leur allée
Faire semblant que le fossoyeur
Est pas tout seul dans leur malheur
J’irai cueillir dans mon jardin
Des fleurs de lilas de jasmin
Et les jetterai au fond d’leur tombe
Une après l’autre comme à la ronde
Pour leur faire croire qu’on est nombreux
A venir leur faire des adieux
J’viendrai peupler leur solitude
M’faire passer pour une multitude
Même quand on a vécu paria
A un « au revoir » on a bien droit
Je voudrais être gardien de cimetière
Tailler bavette avec les pierres

Le jour où c’qu’on fleurit les morts
J’irai prélever sans grand remord
Aux jolis bouquets quelques fleurs
Pour aller mettre un peu d’couleurs
Dessus leur tombe dessus leur pierre
Histoire de réchauffer leur cœur
Je leur inventerai des destins
Que cesse leur néant, cesse leur Rien
J’leur écrirai des épitaphes
En m’appliquant sur l’orthographe
J’leur offrirai quelques pensées
Histoire de pas les oublier
Qu’ils puissent se dire au fond du trou
Mais nous aussi, on pense à nous
Je voudrais être gardien de cimetière
Tailler bavette avec les pierres

Ecouter la chanson
2018-03-Gardien de cimetière - Eric Zahnd     

Est-ce que vraiment tout s’efface
A l’instant du dernier soupir ?
Jusqu’à la moindre petite trace
De souvenir et de désir
Et si on te laissait le choix
D’emporter quelque chose de toi
Quelque chose d’ici, d’ici bas
Et toi, qu’est ce que tu prendrais, toi, ?

Moi, j’emporterais bien le rire
Qui a fait passer les souffrances
Moi j’emmènerai les désires
Et moi j’emporterais la chance
Moi ce serait le clair de lune
Qu’on ne peut voir que de la terre
Moi surement pas la fortune
Elle ne m’a au fond rien offert.

Moi j’emmènerai les enfants
Moi ce sera une fleur des champs
L’odeur du foin à la moisson
Les quelques notes d’une vieille chanson
J’emmènerai un rayon de miel
Et moi j’emport’rai l’arc en ciel
Je prendrai un flocon de neige
Moi le souvenir des nuages

Le chant du ruisseau dans le vent
Celui du coucou au printemps
Moi j’emporterai ton sourire
Pour me rappeler nos plaisirs
J’emporterai la liberté
Et moi j’emmènerai la paix
Pour pouvoir l’offrir dans les cieux
Elle si fragile et si précieuse

Ecouter la chanson
2018-03-T'emporteras quoi ? - Eric Zahnd     

Au bout d’ma vie, il y aura Toi
On aura partagé nos jours
On aura partagé nos joies
Nos projets nos amours
Nos chemins et nos pas

On aura partagé nos nuits
On aura partagé nos draps
Nos rêves et notre lit
Nos caresses et nos bras

On aura partagé nos vies
On aura partagé nos voix
Nos désirs nos envies
Nos détresses nos émois

On aura partagé la Vie
Toi maman moi papa
Partagé sa magie
Qui seule compte ici bas

On aura partagé mes doutes
On aura partagé ta Foi
Nos bonheurs et nos joutes
Nos victoires nos combats

Ecouter la chanson
2018-04-Au bout de ma vie - Eric Zahnd     

J’ai croisé le chat, la vie croise la vie
J’ai croisé tes pas, croisé nos envies
Croisé nos émois, froissé mon ennui
J’ai croisé le chat, la vie va la vie
Chabadabada, doux charivari

J’ai croisé la chance en croisant ta vie
Et j’ai fait bombance de tes appétits
J’ai croisé la branche où t’étais assise
J’ai croisé le chat, la vie va la vie
Chabadabada, doux charivari

J’ai croisé fortune en croisant tes pas
Le soleil, la lune sourient aux étoiles
J’ai trempé mon âme dans tes yeux qui rient
J’ai croisé le chat, ainsi va la vie
Chabadabada, doux charivari

J’ai croisé le chat, la vie croise la vie
J’ai croisé matin, le chant du printemps
La vie, ses désirs au long du chemin
J’ai croisé la vie dans les yeux du chat
Doux charivari chabadabada,

Chabadabada, doux charivari
Charrie mes émois chavire et varie
Ravive et chatoie doux charivari
J’ai croisé le chat, la vie va la vie

Ecouter la chanson
2018-04-J'ai croisé le chat - Eric Zahnd     

Je veux vivre ivre
De mots qui dansent et de couleurs
Je veux m’en mettre plein la panse
Cuver pour éloigner les peurs
Je veux savourer les promesses
De toute ma vie avant qu’elle cesse
Je veux vivre ivre

Je veux vivre ivre
De mots d’amour et de désirs
Je veux lever bien haut mon verbe
Comme si jamais je devais l’perdre
Je veux savourer les émois
Sans que le temps trouble ma joie
Je veux vivre ivre

Je veux vivre ivre
Dans les effluves du printemps
Me rouler dans les fleurs des champs
Chanter pour la sève et le vent
Je veux savourer les saveurs
De tous mes jours et mes humeurs
Je veux vivre ivre

Je veux vivre ivre
De mots sucrés et de douceurs
Je veux bercer mes vieilles heures
De rêves qui réchauffent le cœur
Je veux savourer la tendresse
De toute mon âme ivre de liesse
Je veux vivre ivre

Je veux vivre ivre
De mots qui rient et qui dérident
Je veux me saouler des délices
De caresses de regards complices
Je veux la savourer la vie
Jusqu’à plus soif, jusqu’à la lie
Je veux vivre ivre

Ecouter la chanson
2018-04-Vivre ivre - Eric Zahnd     

Un pas devant et un sur le coté
Ca sert à quoi dans l’fond d’chercher à reculer
Toi tu préfères trois p’tits pas en arrière
De ceux qui font glisser tout droit vers la passé

La vie s’écoule au long du temps, y’a plus d’saison
C’est l’été en hiver c’est l’automne au printemps
La vie s’égraine au long du chemin et des tourments
De tes peurs de tes guerres qui t’avancent vers demain

La vie s’égare dans les méandres du destin
Elle renaît de ses cendres dispersées par le vent
La vie butine les désirs sans foi ni fin
Elle bascule et chavire te prenant par la main

Toi tu hésites, il fait tout noir devant
On y voit goutte dans ce fichu destin
Toi tu t’agites, tu cherches ton chemin
Au long des doutes et ce fichu refrain

Ecouter la chanson
2018-04-Un pas devant - Eric Zahnd     

Ça va où ouououou, ça va là  lalalala
A un rendez vous avec l’au-delà
Ça va où ouououou, ça va là  lalalala
Comme un p’tit caillou qui roule et puis s’en va

Je regarde la vague qui s’échoue et s’attarde
Mais ça va où tout ça, ça va où dis le moi ?
J’attends les pieds dans l’eau qu’elle revienne à nouveau
Mais on va où comme ça, on va où dis le moi ?

J’écoute dans le vent la chanson du printemps
Mais ça va où tout ça, ça va où dis le moi ?
J’entends gémir la terre écorchée par les guerres
Mais on va où comme ça, on va où dis le moi ?

Je regarde le voile illuminé d’étoiles
Mais ça va où tout ça, ça va où dis le moi ?
Je regarde la vie qui s’en vient et finit
Mais on va où comme ça, on va où dis le moi ?

Ecouter la chanson
2018-05-Ca va où ? - Eric Zahnd     

Il pleut des larmes sur la ville
Je pense à toi charmante fille
Sur ton ile là bas
Où m’ont traîné mes pas
A tes yeux à ton sourire
Généreuse joie de vivre
Et au bonheur
A ton âme de lumière
Qui a bercé mes blessures
Pour quelques heures

Il pleut des larmes sur nos vies
Je pense à toi gracieuse fille
Qui a guidé mes pas
Sur les chemins là bas
Il me manque ton sourire
Pétillante petite fille
Et le bonheur
Elle me manque la lumière
Qui illuminait mon cœur
Pendant ces heures

Il pleut des larmes sur mon cœur
Quand je pense à ces heures
Passés là bas
A te suivre pas à pas
Je réchauffe mes blessures
A la douceur du souvenir
De ce bonheur
Je recherche dans l’azur
Le vent qui ramènera ton rire
Du bout des mers

Ecouter la chanson
2018-05-Ton Ile - Eric Zahnd     

Il s’appelait Petit Jean
Parlait bien mieux aux vaches qu’aux gens
Faut dire, il en passait rarement
Au long d’sa vie, au bout d’son champs
Petit petit petit petit Jean

Il s’appelait Petit Jean
C’était un pâtre paysan
Un pauvre gars d’un autre temps
Immensément riche pourtant

Il savait parler aux étoiles
La nuit en sortant de l’étable
Il leur racontait des histoires
Qui les faisaient rire dans le noir

Il connaissait le chant du vent
Qui annonce hiver et printemps
Le ruisseau qui coule sur les pierres
Le cris des oiseaux dans l’azur

Connaissait les fleurs par leur nom
Tous les arbres et les champignons
Des forêts tous les habitants
Dans les bocages environnants

Il s’est éteint y’a bien longtemps
On a perdu tous ses talents
Plus personne ne sait plus parler
Aux étoiles aux fleurs et aux blés

Au bout du bois au fond du champs
Sous une pierre marquée d’une croix
Pour tous les animaux des bois
Une source coule maintenant

Ils viennent y boire les nuits d’étoile
En mémoire de Petit Jean
Et se souviennent sous le voile
De c’pauvre gars d’un autre temps

Ecouter la chanson
2018-05-Petit Jean - Eric Zahnd     

Y’a les bavards, y’a les causeurs
Moi pour ma part, j’suis un taiseur
C’’est pas qu’j’aime pas la compagnie
Mais les blablas m’soporiphient
J’préfère rêver  au chant du vent
Et écouter rire les enfants
J’suis pas causeux y’a pas à dire
Je fais d’mon mieux, j’préfère écrire

J’suis pas causeux, vous en déplaise
Mais les bavards m’mettent mal à l’aise
Et c’est très rare quand un causeur
Ne s’étend pas sur ses humeurs
Ses p’tites affaires et ses talents
Plutôt que d’faire d’la place aux gens
J’suis pas causeux y’a pas à dire
Je fais d’mon mieux, j’préfère écrire

Y’a les causeurs, ceux qui s’écoutent
Remplir leurs heures à leur écoute
Qui causent de çi qui causent de ça
Qui causent d’leur vie, qui causent d’leur Moi
Ceux qui s’exposent à coup d’discours
Ceux qui s’extasient de leurs pauses
J’suis pas causeux y’a pas à dire
Je fais d’mon mieux, j’préfère écrire

Ecouter la chanson
2018-05-Le taiseur - Eric Zahnd     

Assis à la fenêtre je regarde voler
Les oiseaux sur nos têtes, c’est la fin de l’été
Passent passent les saisons ils vont se rassembler
Pour d’autres continents, d’autres yeux à charmer
Passe la vie, passent les années

Assis à la fenêtre je regarde danser
Les feuilles du vieux hêtre, dans le bois à coté é
Passent passent les saisons elles vont bientôt tomber
Emportées par le vent dans d’étranges nuées
Passe la vie, passent les années

Assis à la fenêtre je regarde s’éloigner
Un bien triste cortège, tout de noir habillé
Passent passent les saisons ils s’en va enterrer
Un ami, un amant qui rejoint le passé
Passe la vie, passent les années

Assis à la fenêtre je regarde passer
Ce train sans queue ni tête, cet étrange ballet
Passent passent les saisons il file sans s’arrêter
Vers l’abîme sans raison, il avance buté
Passe la vie, passent les années

Ecouter la chanson
2018-05-Assis à la fenêtre - Eric Zahnd     

Rien ne va plus, tout l’monde le sait
On va dans l’mur mais rien n’y fait
Tout l’monde le sait, tout l’monde le tait
Ca se réchauffe et ça bouillonne
On se défausse, rien n’nous étonne
Tout l’monde le sait, tout l’monde le tait
On va tout droit dans le fossé
Tout l’monde s’en fout, tout l’monde le sait

Tout l’monde le sait, ça va péter
Vivons en paix vivons cachés
Tout l’monde le sait, ça va péter
Vivons donc sourds vivons muets

C’est la cata, Tout l’monde le sait,
Mais on y va sans hésiter
Tout l’monde le sait, tout l’monde le tait
Allons enfants de la patrie
Tout droit devants comme des quilles
Tout l’monde le sait, tout l’monde le tait
Le monde est fou, le monde s’enflamme
Tout l’monde s’en fout, vive la castagne
Ca va trop vite, tout le monde le sait
Mais on évite d’y trop penser
Tout l’monde le sait, tout l’monde le tait
Intelligence artificielle
Indifférence pestilentielle
Tout l’monde le sait, tout l’monde le tait
Semences stériles et OGM
Armes à bacilles ou à l’atome
Ca part en couille, tout l’monde le sait
File la quenouille, pèche le brochet
Tout l’monde le sait, tout l’monde le tait
Va t’en  vaquer à tes loisirs
Laisse donc filer sans réagir
Tout l’monde le sait, tout l’monde le tait
Et tant qu’tu y es pour l’addition
Laisse la régler par tes enfants

Ecouter la chanson
2018-05-Tout le monde le sait - Eric Zahnd     

Moi je le dis, y’a pas photo
Sans faire d’chichi c’est un cadeau
Car la plus belle, c’est elle !

J’ai beau chercher aux alentours
Scruter, fouiner, faire l’inventaire
De mes aimées de mes amours
C’est elle !
J’ai beau feuilleter en dilettante
L’papier glacé des salles d’attente
M’écarquiller sur les passantes
C’est elle !

J’ai beau r’garder sans grande passion
A la télé les émissions
Dévorer les pubs à la con
C’est elle !
J’ai beau m’traîner contre nature
Aux défilés de haute couture
Reluquer toutes ces créatures
C’est elle !

Moi je vous l’dis, haute comme 3 pommes
Elle a conquis ma pauvre pomme
C’est une jolie, très jolie môme
C’est elle !
Fille de ma fille, à peine 15 mois,
Comme le temps file, j’en suis gaga
Et j’vous défie d’trouver mieux qu’moi
C’est elle !

Ecouter la chanson
2018-05-C'est elle ! - Eric Zahnd & Eloïse     

Les gaz délétères qui pourrissent la terre
Mets donc ça sur mon compte
Les déchets en plastique, les détergents chimiques
Mets donc ça sur mon compte
Les semences stériles et la mort des abeilles
Mets donc ça sur mon compte
Je m’en tire à bon compte

Le pillage des trésors, tant qu’il en reste encore
Mets donc ça sur mon compte
Les migrants naufragés, à la porte refoulés
Mets donc ça sur mon compte
Les armes sophistiquées qu’engraissent le PIB
Mets donc ça sur mon compte
Je m’en tire à bon compte

Les surplus agricoles déversés sur le sol
Mets donc ça sur mon compte
Les hommes qui crèvent de fin devant nos caméras
Mets donc ça sur mon compte
Nos orgies de carbone, le trou d’la couche d’ozone
Mets donc ça sur mon compte
Je m’en tire à bon compte

Tous les enfants qui triment dans des putains d’usine
Mets donc ça sur mon compte
Esclaves des temps modernes, entravés par nos chaînes
Mets donc ça sur mon compte
Mets donc ça sur mon compte
Je m’en tire à bon compte
J’déménagerai tu vois à la cloche de bois
Vu que j’suis pas solvable pour l’développement durable
C’est mon cadeau fiston, je te laisse l’addition
Et dis pas qu’j’suis cynique, ton vieux papa s’applique
C’est mon cadeau fiston, va régler l’addition !!

Ecouter la chanson
2018-05-Mon compte - Eric Zahnd & Eloïse     

Elle est comme l’éclat du diamant
La vie l’écorche de ses tourments
Elle traîne son âme à la dérive
De jour en drame, de rêve en rive

Elle est comme un éclat de vie
Elle cherche la lumière dans sa nuit

Elle est comme une pierre de lune
Qu’aurait pas trouvé la fortune
Elle traîne sa vie au long des heures
Au fil des nuits et des cauchemars

Elle est comme perle de rosée
Que le jour aurait desséché
Elle traîne ses pleurs, son vague à l’âme
Au fil des peurs, des vagues de larmes

Elle est comme feuille offerte au vent
Ballottée au gré des courants
Elle traîne ses milles couleurs d’automne
Au fil des heures monotones

Ecouter la chanson
2018-05-Elle est - Eric Zahnd     

Ils étaient enlacés sur la piste à danser
Là à la guinguette, souriant au jour de fête
Mais e pont a cédé, le courant tout noyé
Le diable était passé sur la pointe des pieds

Ils étaient réunis tout autour de son lit
Des brillants docteurs, les plus célèbres en ces heures
Mais au petit matin, la bougie s’est éteinte
Le diable était passé sur la pointe des pieds

Ils étaient réunis, tout un groupe d’amis,
Fêter l’an nouveau, espoir, désir de « grand beau »
Mais la guerre par surprise s’en vint chercher sa prise
Le diable était passé sur la pointe des pieds

Ils étaient rassemblés pour prier, pour chanter
Le jour du Seigneur, c’était joie paix dans leurs cœurs
La bombe a explosé, leurs espoirs déchiquetés
Le diable était passé sur la pointe des pieds

Ecouter la chanson
2018-06-Le diable était passé - Eric Zahnd     

Je me souviens de ceux qui sont passés
Je pense à tous ceux qui m’ont précédé
Qui m’ont aimé, accompagné mes premiers pas
Ceux qui étaient si fiers de moi
Je suis là sur la plage, tout petit grain de sable
Qui attend doux et sage qu’arrive la prochaine vague

Ils sont bien tous repartis aujourd’hui
Me laissant comme précieux cadeau la vie
A offrir à aimer, en souvenir en hommage
De leur séjour, de leur passage

Je pense à vous maintenant mes chers enfants
Que j’ai aimés au long des ans
Comme la vie me l’a confié ; il viendra un matin
Où vous referez le chemin

Ecouter la chanson
2018-06-Les passants - Eric Zahnd     

Ils se tiennent par la main pour une danse sans fin qui les mène vers demain
Ils se tiennent par les yeux, complices et malicieux, ils échangent muets leurs plus précieux secrets
Ils apaisent le temps, les vieux amants

Ils se tiennent charmants, enlacés tendrement sur les chemins du temps
Ils se tiennent par le cœur, les bonheurs, les malheurs, les amis qui s’en vont
Ils vont cahin-caha les vieux amants

Ils se tiennent sur un fil tendu entre leurs vies, funambules hésitants
Ils se tiennent corps à corps certaines nuits encore en hommage en souvenir à leurs premiers désirs
Ils vont s’encourageant, les vieux amants

Ecouter la chanson
2018-06-Les vieux amants - Eric Zahnd     

Jouer à construire une maison avec les restes d’un vieux carton
S’y blottir et attendre sagement de surprendre ses parents
Savourer une glace à deux boules, même si en été ça coule
Savourer un rayon de miel à la récolte sous le soleil
C’est plus d’ton âge
Lire quand il fait froid dehors de belles histoires de Père Castor
Partir retrouver le Biglouche avec ses copains ses peluches
Regarder brûler un tison, courir avaler un flocon
Partager une belle pomme volée dans un verger l’automne
C’est plus d’ton âge

C’est plus d’ton âge, c’es plus d’on temps, serait temps qu’tu songes à devenir grand
Moi j’y peux rien mes rêves d’enfant reviennent comme des papillons
Moi j’m’en fous bien de vos sermons, vous les sabreurs vous les savants
Moi j’m’en fous bien mes rêves d’enfant reviennent comme des papillons

Une promenade dans la forêt, l’odeur d’humus de feuille séchées
Cache cache avec les champignons, le chant du coucou au printemps
Le hibou et la chauve souris qui se chamaillent quand vient la nuit
La lune qui sourit au soleil, les milles couleurs de l’arc en ciel
C’est plus d’ton âge
Les glissades sur la neige gelée, faire une grosse boule et la lancer
Rencontrer un martin pêcheur en s’promenant sur la rivière
Et saluer les ragondins qui filent comme des lapins
Sauter l’barrage en canoë, courser les cygnes de l’autre coté
C’est plus d’ton âge

Comme Caroline et ses amis, trouver refuge dans un abri
Couvert de neige come chantilly, comme la meringue sur l’établi
Jouer à construire un igloo, y cacher ses trésors ses sous
Y inviter tous ses copains à venir jouer aux indiens
C’est plus d’ton âge
Sortir ses crayons de couleur pour rendre hommage à une fleur
Une tulipe rouge ou une jonquille qui annonce le temps des billes
Dessiner le gros chat tous gris qui dort au dessus de l’appentis
Il ne somnole que d’un œil des fois qu’une souris passe le seuil
C’est plus d’ton âge

Ecouter la chanson
2018-06-Plus de ton âge - Eric Zahnd     

Vanité que ta vie, tu n’as donc rien appris
Tu déroules tes ans, suffisant arrogant
Tu déroules ton film au fil d’un scénario
Qui est pourtant écrit, quoi qu’en dise ton égo

Nona file tes jours, Decima les déroule
Morta y coupe court et c’est ta pierre qui roule

Le fil du destin, que d’un coup de ciseau
Les Parques d’une seule main auront coupé bientôt
Vocifère caracole et remue du licol
Fais-toi plaisir l’ami, mais elles tiennent ta vie

Elles tiennent ta vie, ton avenir dans leurs mains
Fais-toi plaisir l’ami, car c’est bientôt demain
Elles convoquent la mort, dès qu’en décide le sort
Et te voilà fauché toi et ta vanité

Ecouter la chanson
2018-06-Vanité - Eric Zahnd     

Quand t’es toute nue, j’fais preuve de retenue
Quand tu m’affoles, j’active le self contrôle

Quand t’es toute nue que tu sors de ton bain
Moi j’ai la vue qui bat le tambourin
T’es comme un ange qu’aurait perdu ses plumes
La Sainte Vierge qui sortirait d’la brume
Là j’ai beau prendre la hauteur la distance
J’ai la chamade qui bat dans tous mes sens
Quand t’es toute nue, tu crois que j’t’ai pas vue
Quand tu m’tortures en jouant sur tes postures

Quand tu joue Eve dans ton jardin d’Eden
Moi j’ai la sève qui bouillonne dans les veines
Furieuse envie de jouer au serpent
Et de t’offrir une pomme d’Adam
Quand t’es toute nue, que tu frôles mes yeux
Fausse ingénue tu joues ton petit jeu
Quand t’es toute nue, tu crois que j’t’ai pas vue
Quand tu m’racoles en jouant au «Sex Symbole »

Lorsque lascive tu sors nue de la douche
J’ai la salive qui me monte à la bouche
Quand tu t’enduis de ces crèmes de ces laits
J’ai très envie de t’aider à masser
Je te propose un brin intéressé
Mon assistance pour les p’tits coins cachés
Quand t’es toute nue, tu crois que j’t’ai pas vue
Qu’tu m’interpelles en jouant du «Sex appeal »

Ecouter la chanson
2018-06-Self Controle - Eric Zahnd     

La belle vaisselle s’ennuie là dans le vieux buffet
Plus de repas de famille, non plus rien à fêter
Les belles robes du soir s’encarfardent dans le noir
Ca sent la naphtaline dans la penderie voisine

C’est là que j’ai grandi et ainsi va la vie
Tout s’emballe au dehors et ici tout s’endort

La pendule du salon résonne par déraison
Elle réveille les heures figées dans la torpeur
Faut pas lui en vouloir, elle est au désespoir
Le temps s’est arrêté depuis bien des années

Les souvenirs s’entassent dans le grenier là haut
La poussière les efface comme la neige le préau
La vielle maison ronronne au rythme monotone
Du bruit des radiateurs qui craquent de chaleur

Et ainsi va la vie, depuis qu’elle est partie
Dehors devant la porte s’entassent les feuilles mortes
Plus personne ne vient nettoyer le jardin
Et ainsi va la mort quand on quitte le port

Ecouter la chanson
2018-07-La maison - Eric Zahnd     

La rue s’éveille sous les lanternes, farandole de camions poubelle
Petit garçon sur son carton rêve d’étoiles de tapis volants
Ali baba et Aladin, où êtes vous princes d’orient ?
Où sont vos trésors lointains, Shahrazade là bas c’était bien.

La rue ruisselle, il pleut il gèle, les flics les flaques la rue patraque
Tousse pisse et pleure des vagues de larmes, elle divague son vague à l’âme
Elle toussote, elle chuchote, elle éternue, fébrile la rue
Promène son spleen, au long des ruines, coule à vau-l’eau dans le caniveau.

La rue t’appelle belle demoiselle, tu t’en vas fière à tes affaires
Les bras chargés, comme tes pensées de ton néant si encombrant
Superficiel comme ton rimmel, comme ton parfum qui pue de rien
Tu files fière et délétère ta vie linceul belle demoiselle

La rue t’avale comme une ogresse, tu la dévales tu la traverses
Qu’est ce qui en reste, qu’as-tu retenu, qu’as-tu croisé, quelle inconnu ?
Tu presses la pas, les yeux au loin ; restera quoi au bout du chemin ?
Quel souvenir de quel sourire, quel regard, cadeau du hasard ?

Ecouter la chanson
2018-07-La rue - Eric Zahnd     

J’ai vu passer un ange, là sur le bas coté
Un personnage étrange, j’y ai même pas pensé
Une grosse doudoune qui cachait ses petites ailes
Moitié faune moitié clown perdu hors de sa bulle
J’ai vu passer un ange, là au bord de ma vie
C’est absurde, c’est étrange, j’ai pas su quoi lui dire

J’ai rencontré un ange, l’était sur l’bas coté
Son triporteur hors d’âge basculé dans l’fossé
L’avait les cheveux longs, une barbe de vingt ans
L’avait pas l’air méchant mais un brin intriguant
J’ai vu passer un ange, là au bord de ma vie
C’est absurde, c’est étrange, j’ai pas su quoi lui dire

J’ai rencontré un ange, son auto cabossée
Qu’était pleine de nuages, pleine de rêves entassés
On l’a remis sur la route, sans l’ombre d’un moindre doute
Il avait l’air absent là devant son volant
J’ai vu passer un ange, là au bord de ma vie
C’est absurde, c’est étrange, j’ai pas su quoi lui dire

J’ai rencontré un ange, on a même pas parlé
De la vie qui dérange, ni même du temps qu’il fait
On l’a mis sur le chemin et il s’est éloigné
Sans que je serre sa main, il était déjà barré
J’ai vu passer un ange, là au bord de ma vie
C’est absurde, c’est étrange, j’ai pas su quoi lui dire

J’ai vu passer un ange qu’était sur le bas coté
C’était un beau dimanche, une belle journée
Il aurait pu me dire où vont le vent et l’eau
J’ai pas eu l’temps d’sourire qu’il était déjà la haut
J’ai vu passer un ange, là au bord de ma vie
C’est absurde, c’est étrange, j’ai pas su quoi lui dire

Ecouter la chanson
2018-07-L'ange sur le bas coté - Eric Zahnd     

Madame GPS, moi je pense à vos fesses
Ça m’émoustille l’esprit quand je conduis
Vis si tendres conseils, ça me tient en éveil
J’ai le rêve qui voyage, j’en raterais le péage
Si votre voix soudain ne m’mettait sur le chemin

Madame GPS, moi je pense à vos fesses
Votre conversation captive vos démons
Je vous rêve volage, butine votre corsage
Vos jambes fuselées, vos hanches chaloupées
Mais votre voix soudain me ramène sur le chemin

Madame GPS, moi je pense à vos fesses
Votre voix de velours me suggère vos atours
Intime et chatoyante votre image me hante
Vos belles formes graciles me titillent les papilles
Divine vous me guidez vers d’étranges sentiers

Madame GPS, nous voilà égarés
Mais pour moi rien ne presse, vous êtes à mes cotés
Vous nous menez, mon ange, de votre voix étrange
Je vous suis dévoué, à vos pas enchaînés
Madame GPS, ma sublime maîtresse,
Madame GPS, ma divine déesse,
Madame GPS, ma diva, ma promesse

Ecouter la chanson
2018-07-Madame GPS - Eric Zahnd     

T’es toute nue, au bout d’ma rue,
Belle inconnue, turlututu
Chapeau pointu
T’es toute nue, il pleut dehors
Sur ta vertu et sur ton corps
Coquin de sort
T’es toute nue il fait si froid
T’es dévêtue, t’as rien sur toi
Taratata

T’es toute nue, tu te fous bien
Des regards crus, regards en coin
Patin couffin
T’es toute nue, c’est une aubaine
Aubade indue aux croquemitaines
Digue dondaine
T’es toute nue, il pleut il mouille
Dessous dessus ta peau de grenouille
Cornegidouille

T’es toute nue, t’es pas farouche
Au regard qui tue des saintes nitouches
T’es touche à touche
T’es toute nue, t’es gourmandise
C’est incongru, t’es friandise
Qu’on se le dise
T’es toute nue comme un biscuit
Un Figolu, tu fais en vie
Kirikiki

T’es toue nue, quel est ton nom,
Mais que fais tu devant ma maison
Crénom de nom
T’es toute nue, incandescente
Tu mets le feu à tous les sens
Même aux passantes
T’es toute nue, tu fous le bazar
On est perdus, le regard hagard
Et on s’égare

T’es toute nue, en bas nylon
Et j’ai mordu à ton hameçon
Pimpon, pimpon
T’es toute nue, fille de papier
Un an de plus, t’as pas changé
Toujours roulée
T’es toute nue, ce pourrait bien
Qu’il soit revenu ce grand coquin
Saint Valentin

Ecouter la chanson
2018-07-Saint Valentin - Eric Zahnd & Eloïse     

On était venu pour partager vos joies
Mais il y avait la peine au creux de vos vies
C’est elle que on bue, on avait pas le choix
De grandes rasées de larmes qui remplissaient vos yeux

On était venu pour partager la fête
De la vie qui s’annonce en tambour et trompette
Mais la mort rodait au dessus de nos têtes
Dans ce buisson de ronces on s’est soudains perdus

On était venu partager des chansons
Qui parlent de la vie, des guitares des flonflons
Mais on y a rien pu, nos voies se son flétries
Et soudain aucun son ne sortait de nos cœurs

On était venu pour partager le rire
Qui fait passer les peines tout au long du chemin
Mais le rire s’est tari, le ruisseau s’est fait ru
On a gardé nos chaînes en attendant demain

Ecouter la chanson
2018-07-On était venu - Eric Zahnd     

Au plus profond de la terre, il y aurait une mer
Une mer pure immense où les rêves en errance
Viendraient se reposer, jamais âme qui vive
N’aurait souillé ses rives, baignées de virginité

Au plus profond de la terre, il y aurait cette mer
Une eau pure et précieuse, offerte et délicieuse
Pour nos rêves en errance, une mer de jouvence
Jamais âme qui vive n’aurait souillé ses rives

Peuplée d’étoiles filante, toutes les âmes errantes
Ici se retrouveraient, ici se reposeraient
Juste après que la mort leur ait volé leurs corps
Avant d’aller au ciel briller dans les étoiles

Ecouter la chanson
2018-07-Rêves - Eric Zahnd     

La nuit quand je m’endors, je vois le soir, je vois le sort
Le désespoir au fond des flots
La nuit quand je m’endors, je vois le soir qui perd le nord
Sur les rafiots trahis par l’eau

Quand je m’endors, je vois la Vie
Elle est en pleurs elle gémit
La tête entre ses mains en attendant demain
La bas au loin, qui s’enfuit

La nuit quand je m’endors, je vois des corps je vois des mort
Qui flottent au large de nos rivages
La nuit quand je m’endors, je vois des corps au pied des ports
Le long des cotes baignées de honte

La nuit quand je m’endors, j’entends les cris des tout petits
Effrayés par la nuit qui mord
La nuit quand je m’endors, je vois les enfants qui se noient
Maraudés par la mer noire

La nuit quand je m’endors, je vois la mort dans mon cauchemar
Elle sourit, elle se marre
La nuit quand je m’endors, je vois la mort qui rit sans fard
Elle remercie pour ces trésors

Ecouter la chanson
2018-08-Quand je m'endors - Eric Zahnd     

Dans les bras de Morphée, tu t’étais endormie
J’au eu la bonne idée de t’offrir mon lit
Je n’avais pas sommeil, assis dans mon fauteuil
J’ai passé la plus belle nuitée de ma vieille vie
A te regarder dormir

T’avais juste vingt ans, moi trois fois et demi
J’ai regardé un instant récupérer ta vie
Pour aller de l’avant vers demain qui blanchit
J’ai passé la plus belle nuitée de ma vieille vie
A te regarder dormir

T’étais juste une enfant, tu t’étais endormie
Sous le poids des tourments, sous le poids des soucis
Je t’ai offert un instant de calme et de répits
J’ai passé la plus belle nuitée de ma vieille vie
A te regarder dormir

T’es partie au matin après le déjeuner
Je t’ai serré la main et tu m’as embrassé
Tu as repris le chemin, c’était un jour de paix
J’ai passé la plus belle nuitée de ma vieille vie
A te regarder dormir

J’ai espéré cent fois que tu allais repasser
Pour une nuit sous mon toit, juste pour te reposer
Pour poser ta jeune vie, pleine de courants d’air
Mais depuis j’ai plus guère
Espoir de te revoir dormir

Ecouter la chanson
2018-08-Les bras de morphée - Eric Zahnd     

C’était un p’tit crapaud, crapaud, crapaud
Qui jouait du banjo
C’était un p’tit crapaud, tout beau
Vraiment très rigolo
Et du soir au matin, il chantait ce refrain
Il pleut il mouille, ça me chatouille
Sur ma peau de grenouille

C’était un p’tit crapaud qui jouait du banjo
Posé sur le nénuphar, il faisait son tintamarre
Pour charmer les grenouilles, les jolies libellules
Qui lui faisaient des bulles, dans la mare aux canailles

C’était un p’tit crapaud qui jouait du banjo
Du matin jusqu’au soir, il chantait des histoires
Qui parlaient de la pluie qui fait plic qui fait ploc
Qui parlaient de la vie, de ses chics de ses chocs

C’était un p’tit crapaud assis au bord de l’eau
Assis au bord de la mare, la mare aux nénuphars
Il jouait du banjo, c’était très rigolo
C’était un p’tit crapaud blotti au fond de ma mémoire.

Ecouter la chanson
2018-08-Le petit crapeau - Eric Zahnd     

C’est dans un lac sombre, lugubre comme une tombe
Qu’elle vient se baigner, la Mort, après sa journée
Elle noue ses cheveux, tombe ses oripeaux
Et elle se baigne nue, la Mort dans l’eau (bis)
Dans le lac de la Mort

Elle songe à tous ces hommes, à sa triste besogne
Elle n’en n’a pas le goût, mais quoi, que voulez vous ?
Il faut bien que tout passe, que tout passe et trépasse
Sinon où irions nous, Monsieur, où irions nous ? (bis)
Dans le lac de la Mort

Quand elle plonge jusqu’au fond, salamandres et tritons
La suivent en procession, la Mort, jusque dans les tréfonds
Là où les fumerolles s’échappent en farandoles
Des entrailles de la terre ouvertes sur l’enfer (bis)
Dans le lac de la Mort

C’est dans une cavité perdue entre deux arbres
Qu’elle aime se cacher, la Mort, pour pleurer à chaudes larmes
Elle dit sa prière au pied d’une petite pierre
Sur laquelle est inscrit « ci-git ma sœur la Vie » (bis)
Dans le lac de la Mort

Ecouter la chanson
2018-08-Le lac de la Mort - Eric Zahnd     

Quand la misère croise la peur, ça ne présage que grand malheur
La misère entre dans la maison ; la peur serre trop fort le canon
La misère monte les escaliers pour un larcin à emporter
Le doigt crispé sur la gâchette, la peur l’épie, la peur la guette

Quand la misère croise la peur, ça ne fait souvent que malheur

La misère débouche à l’étage, la peur l’attend folle de rage
La misère pointe la lueur d’une lampe blafarde sur la peur
Et le coup claque comme courant d’air, la vie s’échappe de la misère
Et la peur sort de sa torpeur et réalise soudain l’horreur

Oh vous les juges et les jurés, songez à ces deux vies brisées
La misère pourrit dans sa tombe, sa mort poursuit la peur dans l’ombre
Qui sommes nous donc pour juger, rendre justice et arbitrer
Entre la misère et la peur, le révolver et le voleur
Entre le calvaire la douleur, le cimetière et la terreur
Entre la misère et la peur, entre l’enfer et le malheur

Ecouter la chanson
2018-08-Quand la misère croise la peur - Eric Zahnd     

Que tu sois grand, que tu sois petit
Un galant ou un impoli
Qu’tu sois migrant ou bien d’ici
Un intriguant, un insoumis
Que tu sois blanc ou de couleur
Charlatan ou imposteur
Un bel amant ou un looser
Un paysan un grand seigneur

On a tous tous tous tous tous tous
Les mêmes talents les mêmes envies
On a tous tous tous tous tous tous
Les mêmes tourments les mêmes soucis
C’est la vie, c’est la vie et c’est moi qui te le dis

Que tu sois jeune que tu sois vieux
Grosse déveine ou bien chanceux
Qu’tu sois gangrène ou venimeux
Qu’tu sois obscène ou obséquieux
Que tu sois berger ou roi mage
Que tu sois entrée ou fromage
Que tu sois beau que tu sois laid
Vilain crapaud ou jolie fée

On a tous tous tous tous tous tous
Le même sommeil les mêmes nuits
On a tous tous tous tous tous tous
Les mêmes rêves, mêmes insomnies
C’est la vie, c’est la vie et c’est moi qui te le dis

Que tu sois loup ou bien agneau
Le renard ou bien le corbeau
Qu’tu sois cigale, qu’tu sois fourmi
Qu’tu sois Pigalle ou bien Neuilly
Qu’tu sois du soir ou du matin
Qu’tu sois fanfare ou clavecin
Que tu sois le jazz ou la java
Que tu sois naze ou une diva

On a tous tous tous tous tous tous
Le même soleil les mêmes étoiles
On a tous tous tous tous tous tous
Les mêmes deuils sous le même voile
C’est la vie, c’est la vie et c’est moi qui te le dis

Ecouter la chanson
2018-08-C'est la vie - Eric Zahnd     

Laisse aller ton tourment, ne retiens pas tes larmes
Quand soudain dans le vent danseront les feuilles de l’arbre
Laisse passer ton tourment, laisse pleurer ton âme
Quand flottera dans le vent la dernière feuille de l’arbre

C’est la fin de l’hiver, vois venir le printemps
Il porte nos prières, celles d’un nouveau temps
Qui s’ouvre sur la terre

C’est la fin du printemps, vois tu venir l’été
Il est fort, endurant, tout rempli de projets
De la vie à semer

C’est la fin de l’été, vois la venir l’automne
Ne retiens pas tes larmes quand tu verras danser
Les dernières feuilles de l’arbre

C’est la fin de l’automne, voici venir l’hiver
Le froid mord rude et morne tes espoirs, la lumière
Et les souffle en enfer

Ecouter la chanson
2018-09-La derniere feuille de l'arbre - Eric Zahnd     

J’écoute le vieille cloche au dessus du clocher
Elle sonnait les noces, elle sonnait l’été
Elle sonnait la vie, la vie a déserté les chemins, ce pays
J’écoute la vieille cloche au dessus du clocher

J’écoute le vieille cloche qui sonne dans la vallée
Elle est loin, elle est proche, elle sonnait nos années
Elle sonnait les heures de joie et de bonheur ; le temps les a soufflés
J’écoute la vieille cloche au dessus du clocher

J’écoute le vieille cloche qui sonne dans le village
Solide comme la roche, elle fait vivre le mirage
Elle sonnait nos printemps qui se sont dispersés balayés par le vent
J’écoute la vieille cloche au dessus du clocher

Ecouter la chanson
2018-09-2018-09-La vieille cloche - Eric Zahnd     

Je suis passé sur ton trottoir
Guettant en secret ton regard
Mais tout était si loin, en sorte
Je suis resté sur l’pas d’la porte

Je suis passé d’vant la maison
Mais ça faisait bien trop longtemps
Paraît qu’on n’agit pas d’la sorte
Je suis resté sur l’pas d’la porte

Les jours défilent devant mes yeux
Les jours de peine les jours heureux
Ils se promènent en cohorte
Je suis resté sur l’pas d’la porte

Je suis passé j’ai pas osé
Sonner, que le diable m’emporte
A quoi bon après tant d’années
Je suis resté sur l’pas d’la porte

Je suis passé devant l’école
Où s’étiraient nos jeunes années
Les enfants dans la cour riaient
Je suis resté sur l’pas d’la porte

Je suis passé devant l’église
Où flottaient des senteurs fortes
Un matin d’une automne grise
Je suis resté sur l’pas d’la porte

Je suis passé au cimetière
Le vent poussait des feuilles mortes
Là j’ai entendu ta prière
Je suis resté sur l’pas d’la porte

Ecouter la chanson
2018-10-Le pas de la porte - Eric Zahnd     

Ecouter la chanson

2020-12-T'as plus 20 ans - Eric Zahnd     

Écouter la chanson

2020-12-Goumandine - Eric Zahnd     

Écouter

2020-12-Grand Mère Guitare - Eric Zahnd     

la chanson

2020-12-Au jardin de Dieu - Eic Zahnd     

 

2020-11-Tu cours - Eric Zahnd     

2020-11-Un coeur de plomb - Eric Zahnd     

2020-11-L'enfant qui rit - Eric Zahnd     

2020-11-La petite coccinelle - Eric Zahnd     

2020-10-Bonjour les fous - Eric Zahnd     

2020-10-Puis je t'aider - Eric Zahnd     

2020-10-Y'a des gens - Eric Zahnd     

2020-10-Le vieux rock du cimetière - Eric Zahnd     

2020-10-Rosie est partie - Eric Zahnd     

2020-10-Ma montre s'est arretée - Eric Zahnd     

2020-10-Je ne te verrai plus - Eric Zahnd     

2020-10-J'aime les dames - Eric Zahnd     

2020-11-Viendra le temps - Eric Zahnd     

2020-10-A tout jamais - Eric Zahnd     

2020-10-Avant toi - Eric Zahnd     

2020-09-Tout ébaubi - Eric Zahnd     

2020-09-Le vieux rosier - Eric Zahnd     

2020-09-Bye Bye Bye - Eric Zahnd     

2020-09-Place de la fontaine - Eric Zahnd     

2020-09-Sous ma casquette - Eric Zahnd     

2020-09-Assis sur un banc - Eric Zahnd     

2020-08-Les anges noirs dans le ciel (selon Ghost Riders in the sky) - Eric Zahnd inspiration Stan Jones / Johnny Cash     

2020-06-J'aurais voulu - Eric Zahnd     

2020-08-Je suis l'étoile (d'après Highwayman & Highwomen) - Eric Zahnd insp Highwayman & Highwomen / Jimmy Webb     

2020-08-Dis moi le vent - Eric Zahnd     

2020-07-Y'a des gens - Eric Zahnd     

2020-07-Si je n'ai pas les mots - Eric Zahnd     

2020-07-Sans queue ni tête - Eric Zahnd     

2020-07-Pour le meilleur - Eric Zahnd     

2020-07-Milarésol - Eric Zahnd     

2020-07-Frère d'âme - Eric Zahnd     

2020-07-Derrière le masque - Eric Zahnd     

2020-07-Bienvenue petite Alma - Eric Zahnd     

2020-06-Merci l'Ami - Eric Zahnd     

2020-06-Dites leur - Eric Zahnd     

2021-01 En guise de diamant - Eric Zahnd     

2021-01-Je chanterai - Eric Zahnd     

2021-01-Un village à promener - Eric Zahnd     

2021-01-Hey l'étranger - Eric Zahnd     

2021-01-Je prie - Eric Zahnd     
2021-01-J'ai vu danser la mort - Eric Zahnd     

2021-01-Elle lui et chachacha - Eric Zahnd     

2021-02-Perdu - Eric Zahnd     

2021-02-Au bout du bout - Eric Zahnd     

2021-02-Ainsi va la vie - Eric Zahnd